voeuxAh ! Le lecteur du blog est devenu exigeant ! Voilà à quoi nous nous exposons après l’avoir trop habitué à être informé quasiment en temps réel des événements locaux… On me réclame donc instantanément un compte-rendu, et exhaustif certainement, de la cérémonie des vœux du maire, qui a réuni à Saint Gratien en ce début d’année, la foule habituelle dans la salle Georges Brassens.

Événement local, donc, que cette réception à laquelle on ne convie que sur invitation ?

Oui et non.

Événement sans conteste à l’entrée des vœux du maire car, enfin ! le Front de Gauche a organisé l’animation AVANT la cérémonie et jugé utile de distraire, agréablement bien que tout à fait politiquement, les invités qui doivent patienter un bon quart d’heure avant d’accéder à la poignée de mains, voire la bise pour les plus favorisés, du premier magistrat de la ville.

Nos amis du Front de Gauche, tout en souhaitant la bonne année et faisant, eux aussi, parfois la bise, ont quelque peu bousculé le protocole en partageant leurs idées et propositions sur l’agenda 21 de la commune, son plan de révision du plan local d’urbanisme, ou le vote du budget municipal 2012… Et comme toujours, des discussions se sont nouées, autour de ces thèmes ou d’autres… notamment le rôle des banques et la crise financière, sujets qui sont dans toutes les têtes… Alors, bravo ! Car informer la population de propositions alternatives et enrichir les débats, inviter à une réunion publique … quoi de plus positif pour une organisation politique ? Devant la porte de la salle, oui, il y a donc bien eu un événement…

La suite des festivités fut infiniment plus terne. Discours peu enthousiasmant et conventionnel du maire, qui comme chaque année, fait une litanie inodore et sans saveur des diverses réalisations municipales. Aucun des thèmes abordés ne suscitera le moindre applaudissement. Délicat, certes, d’applaudir le « contexte économique et financier difficile », les dotations d’État en baisse ou la sacro-sainte «rigueur» appliquée au budget de la commune. Et qui croira alors que tout va continuer comme avant et que le sport, la culture, le développement durable, la jeunesse ne souffriront pas de ces restrictions financières ? Rendre par exemple hommage à l’activité de la médiathèque est une chose, réduire ses crédits de fonctionnement de 2,26% en 2012 après une baisse déjà en 2011, est plus difficilement compréhensible...

Le Maire a également longuement parlé des jeunes et des nombreuses actions qui sont d’après elle, menées en leur direction, mais force est de constater que bien peu d’entre eux étaient venus l’écouter… et que cette absence est assez révélatrice de la place qu’on veut bien leur accorder dans la gestion municipale. Compliqué de s’impliquer quand les élus disent travailler pour votre bien, mais sans jamais vous demander votre avis…

Madame le Maire ne peut toutefois terminer son propos sans revenir sur les péripéties locales qui ont amené la commune à être ces dernières semaines, quatre fois condamnée par les tribunaux… Non, bien sûr, le Maire ne touchera mot de ces condamnations… Pour elle, la faute réside dans «l’emballement médiatique», les «médias manipulés», la «mise en cause de la démocratie par des groupuscules», les «calomnies» et autres «attaques personnelles»... Et de réaffirmer qu’elle se bat pour qu’ «on» ne remette pas en cause la «ville de demain», qu’elle se doit de «préserver Saint Gratien» et que les seuls auxquels elle doit rendre des comptes sont les habitants. Habiterions-nous un territoire exempté des lois communes françaises ? Nous ne saurons pas non plus de qui nous devons nous préserver, ni quel est ce «on» qui nous menace…. Allégations subtiles, qui laissent planer le doute sans jamais nommer précisément ceux contre qui nous avons à nous défendre…mais vu les événements auxquels elles se réfèrent, l’assistance aura parfaitement compris de qui il s'agit...

Quittant enfin ses simples habits d’élue locale, elle fustige une France qui «n’ose plus dire non» depuis trente ans, qui arrive aux limites de son modèle et appelle enfin les législateurs à «accorder les lois à l’évolution de la société»… Cette plaidoirie non plus n’est pas un événement puisque ces propos ont été tenus à maintes reprises. Je ne vous cacherai pas qu’ils me choquent comme au premier jour car agitant le fantasme d’une France menacée par l’autre, le différent, l’étranger, alors que je rêve d’un pays ouvert, fraternel, riche de ses mélanges… L’étranger, c’est un ami que je ne connais pas encore : voilà une maxime qui peut paraître totalement utopique et dont j’ai pu néanmoins, avec nombre d’autres gratiennois, mesurer toute la vérité au cours de l’année écoulée...

L’an dernier, à la même époque, le maire agitait déjà le spectre d’une invasion musulmane et/ou tchétchène menaçant notre unité et nos règles de vie… Nous souhaitions à cette occasion aux musulmans de Saint Gratien d’engager un dialogue constructif et ouvert avec la mairie et aux enfants du foyer IDFI «d’accéder en 2011 comme tous les petits Gratiennois, aux services municipaux de cantine, étude, centre de loisirs et de connaître la fin d’une discrimination les privant des droits accordés aux enfants de leur âge.» Voici au moins un vœu réalisé, comme quoi l’action commune peut déplacer certaines montagnes !

Enfin, je ne vous donnerai, comme à l’habitude, aucune information sur le buffet de cette réception, dont je ne me suis pas approchée. Austérité, quand tu nous tiens ! Bonne année à tous !