Bienvenue sur le blog d'Isabelle VOLAT ÉCHANGER ET AGIR AVEC LE FRONT DE GAUCHE DE SAINT GRATIEN

Mot clé - environnement

Fil des billets - Fil des commentaires

A qui profite le tri ?

En bonne citoyenne soucieuse de l’environnement et du devenir de la planète ( et surtout depuis que je fréquente les réunions « Agenda 21 » de la ville de Saint Gratien…) je trie consciencieusement mes déchets.
Ordures ménagères… poubelle marron. Emballages, cartons, bouteilles en plastique, journaux… poubelle propre. Compost au fond du jardin. Ampoules et piles rapportées au magasin « Catena » qui les récupère. J’écris sur toutes les feuilles recto/verso. Je n’imprime que le strict minimum. Je jette le verre à part… poubelle verte. Irréprochable. Ma poubelle est irréprochable, ou plutôt mes poubelles sont irréprochables…

Je ne suis pas la seule à appliquer scrupuleusement les consignes de tri. Selon les informations du syndicat intercommunal « Émeraude » qui assure la collecte et le traitement des déchets de 17 communes de la Vallée de Montmorency, le volume des ordures ménagères traitées est en baisse de 8,42% en 4 ans, et cela est conforme aux objectifs du Grenelle de l’environnement. Bravo aux citoyens qui pratiquent les « écogestes ».
Parallèlement, la collecte en bacs jaunes augmente de 3,35% entre 2009 et 2010. Le volume de verre collecté a lui, augmenté de 2,66% en 4 ans. En 2010, le syndicat Émeraude a donc pu limiter ses dépenses en raison de la baisse du tonnage des ordures ménagères. Il y a eu augmentation significative des recettes de vente des matériaux issus de la collecte sélective et le syndicat a pu autofinancer ses investissements évitant ainsi le recours à l’emprunt.

Si nos poubelles donnent toute satisfaction, la facture « TEOM » traduire « taxe d’enlèvement des ordures ménagères » payée dans le cadre de la taxe foncière, me cause, elle, quelques désagréments. Je crains qu’à l’inverse de mes poubelles que je maîtrise, elle n’échappe à tout contrôle… De 282 € en 2007, ma taxe n’a fait que grimper et s’élève à présent à 309 €, soit une augmentation de 9,5% en 4 ans.

L’organisation de consommateurs « Que choisir » s’interroge dans un récent numéro de sa revue sur les coûts prohibitifs du tri sélectif. Car « si les déchets coûtent, ils génèrent également des recettes qui devraient alléger la TEOM des ménages » soutient la revue, qui alerte sur le « contrôle généralement insuffisant des collectivités sur leurs prestataires privés.» De plus, « le recours à ces prestataires privés revient toujours plus cher qu’assurer le service en régie, puisqu’à service comparable, le surcoût des sociétés privées est de l’ordre de 12% », selon l’association de consommateurs.

Trier plus pour payer plus ? Le consommateur qui fait l’effort de trier ses déchets, ou de les apporter jusqu’aux bornes enterrées alors que précédemment, les poubelles étaient au pied de son immeuble, se voit taxer toujours plus douloureusement. Alors qu’il réalise une partie du tri et permet ainsi une valorisation de ses déchets, il ne bénéficie d’aucune retombée positive, bien au contraire : plus il trie, plus il paie !

Mais qui fait donc des bénéfices avec nos déchets ? Le syndicat Émeraude a comme pour prestataire essentiel la société Val Horizon, qui assure la collecte et le traitement des ordures. Cette société a fait parler d’elle en 2011 lors de la grève de ses salariés qui protestaient contre leurs difficiles conditions de travail. Deux ans auparavant, Val Horizon avait déjà défrayé la chronique. L’entreprise employait des travailleurs sans papiers, via une société d’intérim, dans des conditions indignes...

 

Déclaration commune du Parti socialiste, du Parti communiste français, d’Europe-Ecologie-les Verts, du Parti radical de gauche et du Mouvement républicain et citoyen

Élections cantonales 2011

Les Français ont placé les candidats de gauche et les écologistes largement en tête des élections cantonales. Ils ont voulu, par leur vote, signifier une fois de plus leur rejet des choix politiques de Nicolas Sarkozy et sanctionner l’échec du gouvernement.

Notre économie ne sort pas de la crise, notre environnement continue de se dégrader, le chômage ne diminue pas, le pouvoir d’achat régresse, les inégalités progressent et notre République est abimée. L’abstention de millions d’électeurs sanctionne le décalage croissant entre les urgences sociales et les réponses apportées par le gouvernement.

Les Français ont également montré leur soutien aux politiques locales menées par la gauche et les écologistes qui, jour après jour, soutiennent l’emploi dans les territoires avec des politiques innovantes socialement et respectueuses de l’environnement, et défendent les services publics locaux.

Aujourd’hui, plus que jamais, la gauche et les écologistes ont une grande responsabilité. Toutes nos forces doivent être utilisées pour amplifier dimanche prochain le vote du premier tour.

Le 27 mars, il faut un maximum d’élu-e-s de gauche et écologistes.

Nous appelons toutes les forces de gauche, les écologistes, les démocrates et les républicains à se rassembler dans tous les départements, à se mobiliser et à s’unir pour battre la droite et l’extrême droite au deuxième tour des élections cantonales, derrière les candidats de gauche et écologistes arrivés en tête au premier tour.

Au-delà, nous savons que notre responsabilité est de construire une politique alternative globale et cohérente à la politique de la droite pour porter l’espoir d’une alternance politique en 2012.

 

Écologie rouge contre capitalisme vert

Mise en page 1Le Front de Gauche est-il écolo-compatible ?

Pour ceux qui en doutaient, un forum organisé par les diverses composantes du FdG sur le thème de la crise écologique vient d’apporter une réponse sans équivoque. Oui, environnement et social sont étroitement liés. Oui, un autre mode de développement est possible. Oui, le Front de Gauche a des propositions et les approfondira encore en les mettant en débat au cours des prochains mois. Oui, les questions environnementales sont intégrées à part entière dans la vision que nous portons d’une nouvelle société et nous considérons qu’il s’agit là d’un débat capital. Développer le fret ferroviaire, garantir l’accès aux biens communs que sont l’eau et l’énergie, renationaliser le secteur de l’énergie (EDF/GDF et Total), favoriser la relocalisation des productions, affirmer la nécessité d’une planification écologique. D’autres questions restent en suspens : nucléaire, abandon ou développement sécurisé ? la décroissance, progrès ou régression ?

A Saint Gratien, le Front de Gauche a mis en pratique ses convictions écologiques en participant (activement et de façon constructive !) au débat organisé autour de la mise en place de l’agenda 21.
Les actions autour du développement durable touchent tous les domaines, économique, social, environnemental. Après le diagnostic, nous voici à Saint Gratien dans une phase de « concertation » qui sera suivie du choix des actions retenues.
Le cabinet d’études « Solving » a réalisé pour la commune un document faisant l’état des lieux et proposant de premières pistes de réflexion. (doc prochainement mis en ligne sur le site de la ville) Voici un rapide tour d’horizon des thèmes principaux qui ont été présentés au début de la réunion du 24 janvier.
Cadre de vie et environnement : engager une réflexion autour de la maîtrise de l’énergie et de la collecte des déchets
Mobilité : étudier le développement des pistes cyclables, le devenir du pôle de la gare
Habitat et urbanisme : encourager la mixité sociale, réhabiliter le parc existant et favoriser les « parcours résidentiels »
Petite enfance et jeunesse : mettre en place des Agendas 21 scolaires, favoriser la participation des jeunes à la vie citoyenne
Solidarités : lutter contre la précarité énergétique, développer les actions intergénérationnelles et la solidarité internationale
Culture, sport et loisirs : réfléchir sur la médiation culturelle, la lisibilité de l’offre culturelle et les tarifs
Développement économique : aider les TPE et commerces à intégrer le développement durable, aider à l’implantation d’une économie sociale et solidaire

Autant de thèmes sur lesquels le Front de Gauche a des idées et des propositions !
La suite de la soirée a été consacrée au débat. De nombreux membres ou proches du Front de Gauche sont intervenus dans la discussion sur des thèmes aussi divers que les nuisances aériennes, la solidarité, les déplacements alternatifs, l’emploi et la formation, la fracture du territoire gratiennois et l’éducation des enfants à la citoyenneté. Nous soutenons également la demande de développement des pistes cyclables sur la commune et l’amélioration des transports en commun. Nous reviendrons en détail sur ces différentes questions car elles sont toutes importantes et méritent d’être approfondies.

Enfin, regrettons que le débat soit, une fois de plus, mené à la mode gratiennoise, celle en vigueur dans les comités de quartier. Le « débat » se résume à des questions, posées par la salle et auxquelles Madame le Maire apporte LA bonne et unique réponse. Bien qu’elle soit entourée de ses adjoints, dont celui chargé du développement durable, elle tranchera seule, entre les sujets convenables et ceux qu’on peut évacuer d’un revers de main. Elle apportera seule, une réponse -la sienne- aux interrogations, aux opinions de la salle. Assez symptomatique de l’ambiance est le fait que seules des questions sont envisageables. « Posez vos questions, nous y répondrons… » C’est l’antithèse du débat où chacun écoute et prend en considération la parole de l’autre, même si c’est pour la contrer…

Nous, nous dirions plutôt : « Donnez votre opinion, nous en débattrons ! »
Donnez votre avis sur ce blog : le débat ne nous fait pas peur !