Bienvenue sur le blog d'Isabelle VOLAT ÉCHANGER ET AGIR AVEC LE FRONT DE GAUCHE DE SAINT GRATIEN

Mot clé - Val Horizon

Fil des billets - Fil des commentaires

Agenda 21 : des propositions alternatives crédibles (4)

Suite de notre publication d’articles sur l’Agenda 21 de la ville de Saint Gratien. Voici le volet de nos propositions qui concernent le développement économique et l’emploi.

Développement économique et emploi

  • Intégrer des normes sociales importantes dans le choix des entreprises lors des appels d’offres : l’exemple de Val Horizon

val_1.jpgLe Maire de Saint-Gratien a récemment fait allusion au conflit qui a opposé les salariés de la société Val Horizon à leur employeur, entreprise du groupe Suez, qui assure le ramassage de nos déchets pour le compte du syndicat intercommunal « Émeraude ».

Les salariés dénonçaient des contrats de travail et des fiches de paye opaques, réclamaient les mêmes augmentations de salaires et la même mutuelle que tous les salariés du groupe auquel ils appartiennent, ainsi que l’embauche en CDI des intérimaires employés depuis plusieurs années. Les conditions de travail et notamment d’hygiène et de sécurité du travail faisaient aussi partie des revendications.
val_2.jpg

Après une semaine de grève et face au mépris et au chantage à l’emploi de la direction, les salariés ont obtenu des augmentations de salaires, des CDI pour 20 intérimaires, des primes de rattrapage et l’organisation d’élections professionnelles.

En 2009, cette entreprise avait déjà fait parler d’elle. Elle employait déjà dans des conditions tout à fait indignes, des salariés sans papiers. Une grève avait permis la fin de ce scandale et la régularisation de tous.

Dès le début de ce conflit, nous nous sommes adressés au maire pour lui demander d’intervenir auprès de Val Horizon afin d’obtenir l’ouverture rapide de négociations. Que soient respectées les conditions d’embauche, d’emploi, de couverture sociale, de protection sanitaire et de sécurité conformes à la législation du travail par des entreprises qui, comme Val Horizon, travaillent dans le cadre de marchés publics, financés par des fonds publics, autrement dit.. nos impôts, est une absolue nécessité.

Les communes doivent intégrer les normes sociales les plus favorables dans le choix des entreprises dans le cadre ce type d’appels d’offres.

- Nos propositions en matière de déplacements alternatifs peuvent aussi être un levier au développement des commerces de proximité.

- Nous plaidons également pour que l’adoption de sources d’énergies renouvelables soit un facteur de développement de l’emploi et de formations dans nos quartiers.

Cadre de vie et environnement

  • Lutter contre les nuisances aériennes
    l-aeroport-de-roissy-charles-de-gaulle-plus-discret_24030_w125.jpg

Une enquête d’utilité publique a été ouverte concernant une révision des couloirs aériens partant ou arrivant à l’aéroport de Roissy sur un arc géographique comprenant des communes des Yvelines et du Val d’Oise. Bien que Saint-Gratien ne soit pas comprise dans cet arc, il nous semble que la commune, comme celles environnantes doivent être associées aux réflexions en cours sur la révision des couloirs aériens. Les nuisances sonores provoquées par l’accroissement des flux aériens au-dessus de notre ville et par voie de conséquence l’augmentation de la pollution atmosphérique et auditive mettent en évidence la nécessité de prendre en compte très sérieusement ce problème de santé publique.

Il faut redonner aux institutions publiques des prérogatives concernant l’encadrement et l’attribution des créneaux horaires et des trajectoires, la définition des capacités et des fréquences, en édictant des normes sociales, environnementales et de sécurité applicables à toutes les compagnies aériennes. En impliquant les populations concernées, il faut exiger que les compagnies aériennes s’engagent sur l’interdiction des vols de nuit de 22 h à 6 h du matin et le respect des vols aux altitudes préconisées,voire obtenir leur relèvement.

Au niveau de notre commune, nous proposons la mise en place d’une commission de contrôle et d’information s’assurant du respect des normes de pollution et de bruit édictées à l’encontre des compagnies aériennes.

Le soutien des franciliens en faveur de la construction d’un troisième aéroport à dimension national pour le fret dans une zone géographique faiblement urbanisée (Notre Dame des Landes ou Vatry, par exemple) permettrait de résorber le problème sur l’Ile de France.

  • Créer du lien social, développer et aménager les espaces verts

marais_1.jpgÉtudier la couverture partielle de la RD 14 et/ou de la voie ferrée (dans sa partie la plus encaissée). La couverture du « BIP »,le long de la résidence des Marais, est un excellent exemple de ce qui est possible de faire, lorsque les habitants se mêlent… de leurs affaires ! Cette réalisation, présentée en son temps comme irréalisable financièrement, est aujourd’hui appréciée par tous. La semi –couverture des voies de circulation permet, outre une isolation phonique et visuelle, d’associer espace vert, parcours sportif et passerelle piétonne désenclavant le quartier.

Ce type de travaux a été par exemple réalisé à Saint Denis au dessus de l’A1 ou encore au Plessis-Robinson au dessus de l’A3.

Ce nouvel espace public, aménagé en espaces verts, deviendrait un lieu d’échanges, de partage et de croisement interculturels. La cicatrice qui coupe la ville en 2 serait partiellement résorbée et pourrait permettre de faire reculer « la peur de l’autre ».

Les consultants employés par la ville avaient dans leurs argumentaires ce projet ; les gros investissements de la commune étant maintenant réalisés, le financement d’un tel projet pourrait s’envisager sur 30/40 ans et bénéficierait évidemment de subventions importantes de la part du département, de la région, de l’État.

Retrouvez les trois premiers articles du blog sur l’Agenda 21 :
article 3; se déplacer autrement

article 2; accroître les solidarités et recréer du lien social

article 1; économiser l'énergie et en diversifier les sources

 

Dans le Val d’Oise, les luttes gagnantes se sèment et se récoltent

je_lutte_des_classes.jpgDans le département du Val d’Oise, une quinzaine de conflits, pour la plupart victorieux, ont eu lieu depuis le début de l’année, dans le privé comme dans le public. Une dynamique qui méritait bien une fête.

A la veille du premier mai, la CGT du Val d’Oise a pris le contrepied de la morosité ambiante pour célébrer sa première fête des victoires et des luttes. Une quinzaine de conflits ont en effet éclaté depuis le début de 2011 dans le département. « Quinze luttes, quasiment toutes gagnantes en cinq mois, surtout après la bataille des retraites, ça a un sens », jubile Philippe Lattaud, secrétaire départemental, lors de réjouissances organisées vendredi soir à Cormeilles en Parisis.

Public, privé, les conflits concernent tous les secteurs professionnels et ont permis des avancées tous azimuts : salaires, conditions de travail, emploi, mutuelle… « Cette dynamique prouve que les salariés sont de plus en plus révoltés », analyse le responsable syndical. « Désormais, ce ne sont plus les salariés qui ont la peur au ventre, ce sont les tauliers. Aujourd’hui, ils négocient tout de suite. »

Cinq jours de grève, en février dernier, ont ainsi suffi aux salariés de Val Horizon (collecte des ordures ménagères) pour obtenir gain de cause. Revalorisation salariale de 2%, recrutement de 20 intérimaires en CDI, versement d’une prime exceptionnelle, amélioration des conditions de travail, une mutuelle alignée sur les autres salariés du groupe, organisation d’élections professionnelles, et « respect de la dignité humaine ». « On avait tout mis sur la table, on a tous tenu pendant une semaine. Et on a gagné », se délecte Mohamed Gouidrek, délégué CGT de l’entreprise. (Notre blog s’est fait l’écho de cette mobilisation à plusieurs reprises.)

Autre grève aussi rapide que victorieuse, celle des matelas Benoist, qui eux aussi se sont battus pour leur dignité. Et qui ont obtenu beaucoup plus : régularisation de sans papiers, augmentations de salaires… A ce jour, des problèmes persistent mais Boris, Younoussa, Mouhamadou, forts de leurs nouveaux mandats syndicaux, n’entendent pas « se laisser faire ». Autre exemple, celui des conducteurs de l’entreprise Céobus de Pontoise. En seize jours de grève, les conducteurs de cette filiale de la RATP ont obtenu plusieurs primes, de meilleures conditions de travail et l’arrêt des contrats précaires. « On a fait dégager la direction. Et maintenant, on nous écoute », se félicite Abdel Romdhane, le délégué CGT.

Privé, public, même combat. Chez les territoriaux de la mairie d’Argenteuil, la CGT se mobilise depuis 2008 pour éradiquer la précarité. « On a obtenu la titularisation progressive des 500 contractuels », indique Pascal Videcoq, secrétaire CGT. Élue du personnel CGT au sein de l’office AB-Habitat d’Argenteuil-Bezons, Cécile Sellier, elle, se bat car « plus on précarise les salariés, plus le service public est mis à mal. »

Du point de vue de Philippe Lattaud, ces victoires sont le fait de salariés motivés, mais aussi de la restructuration des unions locales, « instances de proximité faites pour aider les salariés ». « Construire un mouvement, ça se réfléchit, il y a un savoir-faire de la lutte », poursuit-il. Une stratégie qui fonctionne puisque la CGT du Val d’Oise enregistre 600 adhésions par an depuis quatre ans. « On est aujourd’hui plus de 6 000 . En 2010, 70 syndicats de boîtes ont été créés. Les effectifs remontent, avec des jeunes qui ont la niaque. On sent bien qu’on est sur une dynamique. »

Article paru dans l'Humanité du 2 mai 2011

 

« Chères Gratiennoises, chers Gratiennois, »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA         « Chères Gratiennoises, chers Gratiennois, »

C’est toujours en ces termes que Madame le Maire débute son adresse aux habitants dans l’éditorial de la revue municipale de Saint Gratien.

Celui de mars 2011 appelle quelques remarques de notre part.

Madame le Maire fait tout d’abord allusion au conflit qui a récemment opposé les salariés de la société Val Horizon à leur employeur. Disons les choses franchement : le « mouvement social » qui a fait que « la collecte des déchets n’a pas été assurée » s’appelle une grève. Mot apparemment tabou dans notre bulletin municipal. Il ne vous est pas non plus relaté les raisons de ce conflit du travail. Madame le Maire se contente de remercier les employés communaux qui ont « permis de gérer convenablement l’absence de collecte ». Pas un mot pour expliquer l’arrêt de travail de nos « éboueurs ».

Il est donc de notre devoir d’élus de la république de vous informer des motivations de la grève du mois de février des travailleurs de Val Horizon, entreprise du groupe Suez, qui assure le ramassage de nos déchets pour le compte du syndicat intercommunal « Émeraude ».

Ils dénonçaient des contrats de travail et des fiches de paye opaques, réclamaient les mêmes augmentations de salaires et la même mutuelle que tous les salariés du groupe auquel ils appartiennent, ainsi que l’embauche en CDI des intérimaires employés depuis plusieurs années. Les conditions de travail et notamment d’hygiène et de sécurité du travail faisaient aussi partie des revendications.

Après une semaine de grève et face au mépris et au chantage à l’emploi de la direction, les salariés ont obtenu des augmentations de salaires, des CDI pour 20 intérimaires, des primes de rattrapage et l’organisation d’élections professionnelles.

En 2009, cette entreprise avait déjà fait parler d’elle. Elle employait déjà dans des conditions tout à fait indignes, des salariés sans papiers. Une grève avait permis la fin de ce scandale et la régularisation de tous.

Les travailleurs de Val Horizon ramassent nos déchets dans des conditions difficiles et fatigantes, très tôt le matin, par tous les temps. Pas un mot pour eux dans l’éditorial de Madame le Maire qui souligne au passage « la pénibilité de cette tâche » ... quand elle est assurée occasionnellement par les employés de la ville….

Dès le début de ce conflit, nous nous sommes adressés au maire pour lui demander d’intervenir auprès de Val Horizon afin d’obtenir l’ouverture rapide de négociations. Mais pour Madame le Maire, « Val Horizon n’est pas un interlocuteur direct de la commune » puisqu’il s’agit d’un prestataire du syndicat Émeraude.. Que des entreprises travaillant pour le compte de syndicats regroupant des collectivités locales ne respectent pas le droit des salariés n’affecte apparemment pas les élus de la majorité municipale…

« Cette phase de crise a été assumée afin que les Gratiennois n’en subissent pas les conséquences ». C’est la préoccupation première de Madame le Maire. Que soient respectées les conditions d’embauche, d’emploi, de couverture sociale, de protection sanitaire et de sécurité conformes à la législation du travail par des entreprises qui, comme Val Horizon, travaillent dans le cadre de marchés publics, financés par des fonds publics, autrement dit.. nos impôts , est aussi une absolue nécessité. Nous estimons de notre côté que les communes doivent intégrer les normes sociales les plus favorables dans le choix des entreprises lors des appels d’offres.

Madame le Maire disserte ensuite dans son édito sur le cadre de vie. Elle considère que « c’est la première attente des habitants » . Aussi, sont vantées ses actions : 1er prix des villes propres, obtention d’une troisième fleur au concours des villes fleuries, signature de la charte des maires pour l’environnement… Il est vrai qu’après de telles réussites, la crise économique, les problèmes de pouvoir d’achat, de chômage, de logement ou la dégradation des services publics apparaissent des problèmes bien mineurs.

Madame le Maire se félicite enfin de compter de « nombreux parcs et jardins » dans un « territoire fortement urbanisé ». Outre que l’adjectif « nombreux » est tout à fait contestable, il n’est pas précisé qui a autant bétonné notre ville. Il n’est pas souligné non plus que par exemple, sans l’intervention des riverains dans le débat et l’action publique, jamais la couverture plantée du BIP (la « casquette » du BIP qui longe la résidence des Marais) n’aurait vu le jour...

L’implication des citoyen(ne)s dans l’amélioration de leur cadre de vie, constitue un levier selon nous bien plus important et efficace que le rôle passif que leur réserve Madame le Maire dans son éditorial : leur responsabilité en matière de développement durable se limite là à « respecter les règlementations pour la propreté de l’espace public ».

Chères Gratiennoises, chers Gratiennois, engagez-vous ! Ne vous contentez pas, comme on vous le rappelle si courtoisement, de ne pas jeter vos papiers par terre. Mêlez-vous de vos affaires (au sens premier du terme) ! Voilà comment améliorer avec efficacité la qualité de votre environnement !

Toutes les expressions en italique sont tirées de l'éditorial de la revue municipale de Saint Gratien datée de mars 2011.

Vous pouvez commenter cet article ci-dessous. Laissez-nous votre avis !

 

Victoire pour les salariés de Val Horizon

Communiqué du Parti de Gauche

Le Parti de Gauche tient à féliciter les salariés de Val Horizon, qui ont réussi, grâce à leur détermination et leur solidarité, à obtenir en partie satisfaction sur leurs revendications.

Ils ont gagné le respect et retrouvé leur dignité face à une direction qui ne montrait que du mépris et des intimidations.

  • 20 intérimaires vont obtenir un CDI d’ici juin 2011, puis il y aura un plan d’intégration des intérimaires.
  • Hausse des salaires de 2 % au 1er mars 2011.
  • La prise en charge, par l’entreprise, de la mutuelle va passer à 50 % le 1er mars, puis à 70 % le 1er janvier 2012.
  • Prime de 250 € net
  • Mise en place d’élections professionnelles dans l’entreprise en mai 2011.
  • Réunion d’évaluation de cet accord avant fin décembre 2011.

La lutte a payé.

Le Parti de Gauche restera vigilant et veillera que les communes qui devront bientôt renouveler le contrat concernant le ramassage des ordures vérifient que l’entreprise respecte les droits des salariés. Les fonds publics ne doivent pas servir à exploiter les travailleurs.

Pour le Parti de Gauche 95, les secrétaires : Audrey Galland et Patrice Lavaud

Retrouvez en annexe le tract de soutien du PCF, PG, NPA et Fédération, à la lutte des salariés de Val Horizon.

 

La poubelle est pleine… et le restera !

Les salariés de l'entreprise Val Horizon sont en conflit depuis lundi. Près de 90% des salariés suivent le mouvement. Val Horizon travaille pour les syndicats Emeraude, Azur et Tri action. Notre commune est rattachée au syndicat Émeraude. Le ramassage des ordures n’est donc plus assuré dans la ville depuis lundi 7 février.
La direction de l'entreprise refuse toute négociation.
Les élus PCF – Front de Gauche sont intervenus auprès du maire de Saint Gratien afin qu'il fasse pression sur l'entreprise et que de véritables négociations soient ouvertes.
La société « Val’Horizon » assure de plus, le balayage et le nettoyage des espaces publics de la ville et l’entretien des espaces du quartier des Raguenets. Ce contrat arrive à expiration le 31 mars prochain. A l’occasion du lancement d’un appel d’offres pour la passation d’un nouveau marché, nous avons alerté le conseil municipal du 3 février quant à la nécessité d’être vigilants sur les conditions de travail des salariés de ces entreprises. Nous ne pensions pas avoir si vite raison…
« Val’Horizon » employait, via des sociétés d’intérim, des salariés sans papiers dans des conditions désastreuses. Un mouvement social avait réussi, en mars 2009, à faire cesser ce scandale et régulariser les travailleurs.

Déclaration de Jean-Michel Ruiz, secrétaire départemental du PCF : « La direction de Val Horizon doit négocier »

J’ai rencontré ce jour, avec une délégation du PCF95, les salariés de Val Horizon à Montlignon qui ont engagé une lutte massive depuis lundi. Nous leur avons apporté le soutien sans faille du PCF.
En effet, ils reprochent à l’entreprise une véritable opacité des fiches de paye et des contrats. Ils demandent en outre à bénéficier d’une juste hausse de salaires et d’une mutuelle dont les conditions correspondent à celles des autres salariés du groupe SITA auquel ils sont rattachés.
Les salariés du site exigent que les intérimaires utilisés, parfois depuis plusieurs années, soient embauchés en CDI.
De plus, les conditions de travail des salariés de cette entreprise sont inacceptables.
Ils exigent que le CHSCT mène son action sérieusement car le manque d’hygiène des sanitaires est flagrant tout comme les problèmes de sécurité rencontrés au tri des déchets et sur les véhicules de ramassage des ordures.
La direction, prenant exemple sur le gouvernement, refuse toute négociation et utilise même un scandaleux chantage à l’emploi sur les grévistes.
Le PCF fera intervenir ses élus auprès des Maires des communes rattachées aux syndicats intercommunaux Emeraude, Azur et Tri-Action afin qu’ils exigent de l’entreprise Val Horizon que de véritables négociations s’engagent rapidement et que satisfaction soit donnée aux justes revendications des salariés. Nous estimons que les communes doivent intégrer des normes sociales importantes dans le choix des entreprises lors des appels d’offres.
voir article du Parisien en annexe Montlignon7.jpg

 

La mairie passe un marché avec une entreprise qui emploie des sans-papiers !

La société de collecte de déchets « Val Horizon » est basée à Montlignon : c’est une filiale du groupe « Suez » et elle intervient pour le compte du syndicat intercommunal de collecte des déchets ménagers de la vallée de Montmorency, le syndicat « Emeraude ». Depuis une semaine, les travailleurs employés par « Val Horizon » par le biais d’une société d’intérim sont en grève pour dénoncer des conditions de travail d’une autre époque. Ces salariés sont embauchés à la demande, tels des ouvriers agricoles. Ils se regroupent à 5 heures du matin au Champ de Courses d’Enghien et les bennes à ordures s’arrêtent pour prendre le nombre de travailleurs nécessaires à la journée, les autres rentrent chez eux, selon un responsable du syndicat CGT. Le contrat de travail n’est signé qu’à la fin du mois. Les paies varient de 500 à 1200 € par mois, versées par chèque sans nom ou par retrait par carte bancaire sur un compte ouvert par la société d’intérim. Ces travailleurs sur-exploités sont évidemment sans papiers et ils travaillent avec le titre de séjour d’un ami ou d’un cousin, ce que sait fort bien l’entreprise « Val Horizon ». Il s’agit pour la plupart de maliens ou de sénégalais et ils représentent 10% du personnel chargé de transporter nos poubelles au centre de tri de Montlignon. Voilà donc une main d’œuvre exploitable et corvéable à merci ! A Saint Gratien s’est réunie le 10 mars la commission d’appel d’offres pour le nettoyage de la voirie et des espaces verts. La société « Val Horizon » était candidate. Jean-Marie Jouanjan, conseiller municipal PCF et membre de la commission, a attiré l’attention de Madame le Maire sur le fait que la société « Val Horizon » gérait son personnel dans des conditions plus que douteuses et ne respectait pas la législation du travail. Il apparaissait donc impossible de lui attribuer un marché public. Pourtant, « Val Horizon » a remporté le marché, la municipalité arguant du fait que les travailleurs sans papiers étaient employés par la société d’intérim et non par celle de collecte elle-même ! Ceci n’est pas un argument recevable, car « Val Horizon » sait fort bien que les salariés recrutés sont des clandestins. Voilà une décision qui nous apparaît bien choquante !! Un rassemblement de soutien a été organisé le mardi 10 mars sur le site du centre de tri de Montlignon. Le sénateur communiste Robert Hue a demandé dès le 5 mars la régularisation des sans papiers par le travail et la fédération du Val d’Oise du PCF qui soutient cette démarche insiste également sur le règlement indispensable des revendications salariales et de celles portant sur les conditions de travail. Jean-Marie Jouanjan et moi-même, élus de Saint Gratien, soutenons naturellement les travailleurs dans leur lutte. Quant à nous, habitants des communes de la vallée de Montmorency, pouvons-nous nous désintéresser du traitement réservé à ceux qui ramassent nos déchets ? Ils sont pour certains logés dans des conditions indignes par la société « Val Horizon » ex-Fayolle sur le territoire de la commune de Saint Gratien : leur relogement dans un logement décent est prévu depuis … quelques années..