Bienvenue sur le blog d'Isabelle VOLAT ÉCHANGER ET AGIR AVEC LE FRONT DE GAUCHE DE SAINT GRATIEN

Des ambitions pour une autre école !

Dans le Val d'Oise, à la rentrée prochaine, 28 postes d'enseignants seront encore supprimés alors que plus de 1400 élèves supplémentaires sont attendus en élémentaire : encore plus d'élèves dans les classes, encore moins de remplaçants, encore moins d'enseignants spécialisés de RASED pour s'occuper des élèves en difficulté, encore moins de place pour l'école maternelle pour les tout-petits, encore moins de formation pour les enseignants...

Les conditions d'apprentissage pour les élèves et de travail pour les professeurs des écoles vont encore se dégrader.

Parents et enseignants se sont rassemblés samedi 31 mars à Cergy pour manifester leur rejet de cette destruction et leurs ambitions pour une autre école.

           
 

Défendre une école pour tous

rased.jpgPour la rentrée 2012, une nouvelle vague de suppressions massives de postes de RASED (Réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté) est programmée : elle portera à près de 5000 le nombre de postes d’enseignants spécialisés de ces dispositifs détruits depuis 2008. Ce seront 250 000 élèves des écoles maternelle et élémentaire qui n’auront ainsi plus aucune aide spécialisée alors que toutes les ressources devraient être mobilisées dans l’ensemble des dispositifs pour assurer la réussite de tous.

C’est pourquoi le Collectif national RASED rassemblant des organisations syndicales, des associations professionnelles et de parents d’élèves, a souhaité rédiger un Appel « Sauver et développer les RASED, c’est défendre une école pour tous» pour dénoncer cette situation. Il est porté par des chercheurs, des personnalités, des président(e)s et secrétaires généraux des associations et syndicats, des représentants de la communauté éducative, des parents, des enseignants...

Signer l'appel

 

Rased supprimés, élèves en danger !

ecole_mai.jpg2 500 RASED supprimés : le scénario se confirme.

Département par département, le voile sur la nature des 5 700 postes supprimés à l’école primaire pour la rentrée prochaine se lève peu à peu. Première cible, les postes RASED (1) consacrés aux aides spécialisées pour les élèves en difficulté connaissent une véritable purge.

Selon un premier comptage effectué par le SNUipp-FSU et portant sur 50 départements, plus de 1170 suppressions de postes d’aides spécialisées – maîtres E et G (1) – sont déjà annoncées.

Au final, ce sont près de 2 500 postes qui risquent d’être totalement liquidés, comme l’avait malheureusement estimé le SNUipp-FSU en octobre dernier.
Ils s’ajoutent aux 2 500 emplois de RASED déjà effacés entre 2008 et 2011. En 5 ans, ce sera donc près d’un tiers de l’effectif total des RASED, essentiellement des maîtres E et G, qui aura disparu des écoles.

Dans le même temps, alors qu’aucun texte ne le prévoit, qu’aucune concertation n’a été organisée, de nombreux Inspecteurs d’Académie souhaitent modifier considérablement l’organisation et les missions des RASED. Dans certains départements, les maîtres spécialisés ne seraient plus rattachés à un petit groupe d’écoles pour intervenir auprès des élèves en difficulté mais affectés sur une circonscription, soit en moyenne 50 écoles, sur des missions de conseil aux enseignants.

A la rentrée, ce sont plus de 125 000 élèves supplémentaires qui seront privés des aides spécialisées indispensables à leur réussite scolaire ! Comment prétendre dans ces conditions lutter contre l’échec scolaire ? D’autant qu’il faudra ajouter à ce triste bilan, d’autres suppressions : remplacement, assistants de langues vivantes, conseillers pédagogiques et maîtres- formateurs, mais aussi fermeture ou non ouverture de classes entrainant une augmentation du nombre d’élèves dans les classes.

Dans ce contexte, le SNUipp-FSU appelle à la réussite de ses 101 grèves et manifestations, et du temps fort du 31 janvier. L’exigence de la suspension des suppressions de postes et une politique ambitieuse pour l’école primaire sont au coeur de ces mobilisations.

Communiqué du SNUipp

(1) Les RASED, réseaux d’aide aux élèves en difficulté, rassemblent des psychologues scolaires et des professeurs des écoles spécialisés. Ils sont membres à part entière de l’équipe enseignante des écoles où ils exercent et interviennent auprès des élèves de la maternelle au CM2, en classe ou en petits groupes. Les maîtres E apportent des aides spécialisées à dominante pédagogique qui concernent les élèves qui ont des difficultés pour comprendre et apprendre alors qu’ils en ont les capacités. Les maîtres G apportent des aides spécialisées à dominante rééducative qui concernent les élèves qui ont des difficultés à s’adapter aux exigences scolaires.

 

600 postes RASED en moins, de l’échec en plus !

ecole_mai.jpgCommuniqué du SNUipp

Le ministre l’a reconnu, il y aura 1 500 classes de moins à la rentrée scolaire prochaine, alors que plus d’élèves sont attendus. Ce qu’il ne dit pas, c’est que les RASED et les élèves en difficulté qu’ils prennent en charge vont également payer un lourd tribut.

Plus de 600 postes d’enseignants spécialisés (maîtres E, G et psychologues scolaires) vont passer à la trappe, selon la dernière enquête du SNUipp-FSU.

Au total, ce sont plus de 30 000 élèves qui seront privés de l’ aide dont ils ont pourtant besoin. Où sont les priorités affichées à réduire l’échec scolaire et les inégalités de notre système éducatif mises en lumière par les résultats aux évaluations PISA ?

Le 18 mai prochain, le SNUipp-FSU organise un rendez-vous national devant le ministère pour dire « stop » ! Des délégations d’enseignants, de parents et d’élus venus de 95 départements se feront les porte-voix de l’école de la réussite pour tous. Aucun élève ne doit être laissé pour compte. Le SNUipp-FSU demande la création d’un collectif budgétaire car seule une révision du budget peut permettre de revenir sur ces suppressions de postes qui nuiront d’abord aux élèves les plus fragiles.

Le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite doit cesser : l’école, c’est l’avenir !

18 MAI : RENDEZ-VOUS AU MINISTÈRE

 

Suppressions de postes dans les écoles : une coupe claire historique

La répartition des moyens budgétaires entre les académies pour la prochaine rentrée scolaire a été dévoilée le 16 décembre.
Le verdict confirme la politique aveugle et sans ambition éducative du gouvernement du non remplacement d’un enseignant sur deux partant à la retraite.
Fait sans précédent dans les écoles, que leur nombre d’élèves baisse ou augmente, toutes les académies rendent des postes ! Au total, ce sont 3 367 emplois qui devraient être supprimés alors que près de 4 000 élèves supplémentaires sont attendus en septembre 2011(1).
Pour la première fois depuis plus de 20 ans (2), cette coupe claire historique se traduirait par une baisse du nombre d’enseignants devant les élèves. Dans les départements, seule la règle à soustraction fonctionnera. Les postes servant à scolariser les moins de trois ans, ceux affectés aux RASED, au remplacement, à l’enseignement des langues vivantes, aux maîtres- formateurs et conseillers pédagogiques vont être sévèrement rabotés. De nombreux postes-classe devraient être supprimés : le nombre d’élèves par classe augmentera, mécaniquement. Le dispositif d’accompagnement des nouveaux enseignants disparaîtra.
Le SNUipp dénonce vivement l’asphyxie dont est victime l’école. Ses conséquences seront d’autant plus vives en ZEP, là où les élèves ont le plus besoin d’école pour lutter contre les inégalités scolaires que PISA a relevées de manière alarmante. Les élèves en difficulté, trop souvent issus des milieux défavorisés, n’ont pas à payer la facture de cette politique éducative absurde. Le SNUipp considère au contraire que ce devrait être la priorité de notre pays. Pour cela, l’engagement professionnel des enseignants doit être reconnu et soutenu. Le SNUipp appelle les enseignants des écoles à se mobiliser massivement pour s’opposer aux fermetures de classes et pour obtenir un budget qui permette à l’école de s’attaquer aux difficultés scolaires. Il invite ses sections départementales à prendre tous les contacts pour donner une ampleur massive à la journée de mobilisation pour l’Ecole du 22 janvier prochain à l’initiative du Collectif « l’Education est notre avenir ». Dans un tel contexte, le SNUipp proposera d’autres actions nationales pour porter haut et fort l’ambition de réussite de tous les élèves.

Communiqué du SNUipp ; Paris, le 17 décembre 2010

 

On a reçu du courrier !

Bonjour,
Je sais bien que la période est plutôt à la rédaction de lettres au Père Noël mais nous dans le Val d'Oise, c'est plutôt le Père Fouettard qui pense à nous.
Ainsi, alors que nous pestions déjà contre le fait qu'à la rentrée pour 1317 élèves supplémentaires dans le 1er degré, nous n'allions avoir que 7 postes réellement créés, en réalité ce sont 1867 élèves que nous avons accueillis. Je vous laisse imaginer ce que cela signifie dans les classes. Et encore c'est sans compter sur les arrivées inévitables en cours d'année.
Comme si cela ne suffisait pas l'Inspection Académique nous a annoncé la suppression de 20% de CAE (contrats d’accompagnement dans l’emploi, ndlr du blog) dès l'arrivée de ceux ci en fin de contrat et de la suppression de 10% supplémentaires en juin prochain.
Enfin et c'est déjà sur ce sujet que la FCPE 95 souhaitait vous faire réagir, les derniers postes des RASED, sauvés in extrémis grâce à la lutte il y a deux ans, ont disparu du budget prévisionnel. 43 postes vont donc disparaître si nous ne réagissons pas au plus vite.
C'est pourquoi avec le SNUipp nous avons lancé une pétition que vous trouverez sur nos sites respectifs et que vous pourrez examiner en cliquant sur le lien ci-dessous. Nous allons relancer cette action et communiquer largement dans la presse à ce sujet. Aussi, nous souhaitions vous inviter, sachant que vous partagez notre conception du service public de l'éducation nationale, à signer cette pétition au plus vite et à nous envoyer votre pétition signée par mail afin de l'annoncer sur nos sites et dans la presse.
Cordialement
Manuel ALVAREZ, Président FCPE 95



pour signer