Bienvenue sur le blog d'Isabelle VOLAT ÉCHANGER ET AGIR AVEC LE FRONT DE GAUCHE DE SAINT GRATIEN

Mot clé - Agenda 21

Fil des billets - Fil des commentaires

A qui profite le tri ?

En bonne citoyenne soucieuse de l’environnement et du devenir de la planète ( et surtout depuis que je fréquente les réunions « Agenda 21 » de la ville de Saint Gratien…) je trie consciencieusement mes déchets.
Ordures ménagères… poubelle marron. Emballages, cartons, bouteilles en plastique, journaux… poubelle propre. Compost au fond du jardin. Ampoules et piles rapportées au magasin « Catena » qui les récupère. J’écris sur toutes les feuilles recto/verso. Je n’imprime que le strict minimum. Je jette le verre à part… poubelle verte. Irréprochable. Ma poubelle est irréprochable, ou plutôt mes poubelles sont irréprochables…

Je ne suis pas la seule à appliquer scrupuleusement les consignes de tri. Selon les informations du syndicat intercommunal « Émeraude » qui assure la collecte et le traitement des déchets de 17 communes de la Vallée de Montmorency, le volume des ordures ménagères traitées est en baisse de 8,42% en 4 ans, et cela est conforme aux objectifs du Grenelle de l’environnement. Bravo aux citoyens qui pratiquent les « écogestes ».
Parallèlement, la collecte en bacs jaunes augmente de 3,35% entre 2009 et 2010. Le volume de verre collecté a lui, augmenté de 2,66% en 4 ans. En 2010, le syndicat Émeraude a donc pu limiter ses dépenses en raison de la baisse du tonnage des ordures ménagères. Il y a eu augmentation significative des recettes de vente des matériaux issus de la collecte sélective et le syndicat a pu autofinancer ses investissements évitant ainsi le recours à l’emprunt.

Si nos poubelles donnent toute satisfaction, la facture « TEOM » traduire « taxe d’enlèvement des ordures ménagères » payée dans le cadre de la taxe foncière, me cause, elle, quelques désagréments. Je crains qu’à l’inverse de mes poubelles que je maîtrise, elle n’échappe à tout contrôle… De 282 € en 2007, ma taxe n’a fait que grimper et s’élève à présent à 309 €, soit une augmentation de 9,5% en 4 ans.

L’organisation de consommateurs « Que choisir » s’interroge dans un récent numéro de sa revue sur les coûts prohibitifs du tri sélectif. Car « si les déchets coûtent, ils génèrent également des recettes qui devraient alléger la TEOM des ménages » soutient la revue, qui alerte sur le « contrôle généralement insuffisant des collectivités sur leurs prestataires privés.» De plus, « le recours à ces prestataires privés revient toujours plus cher qu’assurer le service en régie, puisqu’à service comparable, le surcoût des sociétés privées est de l’ordre de 12% », selon l’association de consommateurs.

Trier plus pour payer plus ? Le consommateur qui fait l’effort de trier ses déchets, ou de les apporter jusqu’aux bornes enterrées alors que précédemment, les poubelles étaient au pied de son immeuble, se voit taxer toujours plus douloureusement. Alors qu’il réalise une partie du tri et permet ainsi une valorisation de ses déchets, il ne bénéficie d’aucune retombée positive, bien au contraire : plus il trie, plus il paie !

Mais qui fait donc des bénéfices avec nos déchets ? Le syndicat Émeraude a comme pour prestataire essentiel la société Val Horizon, qui assure la collecte et le traitement des ordures. Cette société a fait parler d’elle en 2011 lors de la grève de ses salariés qui protestaient contre leurs difficiles conditions de travail. Deux ans auparavant, Val Horizon avait déjà défrayé la chronique. L’entreprise employait des travailleurs sans papiers, via une société d’intérim, dans des conditions indignes...

 

Agenda 21 de Saint Gratien : le compte n’y est pas !

8 décembre 2011 : la ville de Saint Gratien présente ce soir le programme d’actions de son « Agenda 21 ». Ce programme a été voté au dernier Conseil municipal.

Il nous apparaît en deçà du diagnostic critique émis l’an dernier par les consultants employés par la municipalité : le cabinet Solving a réalisé une étude qui a en effet relevé les points « noirs » de Saint Gratien en matière de développement durable. Nous les avons rappelé récemment ici.

Le programme d’actions proposé par la ville nous apparaît également très en deçà des propositions novatrices faites par les Gratiennois lors des 4 ateliers thématiques de février/mars 2011.

Notre première appréciation : un premier pas, certes, mais très timide ; une absence de fil directeur fort; un manque d’ambition en ce qui concerne les liaisons douces et les énergies renouvelables ; un manque d’audace dans les domaines des solidarités et de la jeunesse ; des impasses importantes sur les thèmes essentiels comme le logement ou encore le potentiel de créations d’emplois qui pourrait découler d’un agenda 21 plus volontariste.

Au vu des faiblesses pointées par les consultants employés par la ville et des propositions qui ont émergé des ateliers thématiques, nous jugeons insuffisantes les actions retenues par la municipalité et présentées ce soir. Pour nous, hélas, le compte n’y est pas !

Voici quelques propositions alternatives (sur lesquelles nous reviendrons prochainement plus en détail ) qui nous semblent indispensables pour que Saint Gratien s’engage pleinement dans une démarche de développement durable, soucieuse de notre avenir à tous, tout en améliorant la vie quotidienne des habitants.

Énergies renouvelables
Favoriser le développement des énergies renouvelables sur la commune, pour diversifier les sources, réaliser des économies conséquentes sur la facture d’énergie pour les ménages et développer les emplois « verts » dans les quartiers

Nuisances aériennes et routières
Étudier l’intégration de Saint Gratien dans le plan de gêne sonore ; engager la ville pour obtenir l’interdiction des vols de nuit à Roissy ; étudier la couverture du CD14 qui coupe la ville en deux

Transports et déplacements
Implanter des pistes cyclables dans l’objectif de réaliser un vrai maillage « doux » dans la ville ; les prévoir obligatoirement en cas de réfection de voirie ; multiplier les emplacements pour garer vélos et trottinettes ; mettre à l’étude un système de navette communale pour les personnes à mobilité réduite ; augmenter la fréquence des bus et la liaison avec les nouveaux réseaux tels que tramway (qui arrivera à Épinay) et Transilien

Enfance et jeunesse
Instaurer un Conseil municipal des jeunes pour les impliquer sérieusement dans les affaires de la cité

Gestion de la collectivité
Intégrer les normes sociales les plus favorables dans les appels d’offres de délégations de services publics de la ville

Solidarités

Aider à l’intégration des nouveaux habitants et des populations étrangères résidant à Saint-Gratien ; organiser des jumelages avec des villes étrangères permettant la réalisation de projets « coopératifs »

Habitat et urbanisme
Instaurer une commission municipale pour étudier les questions liées au logement (mixité sociale des différents quartiers ; développement du commerce de proximité ; étude d’un programme de l’amélioration de l’habitat et des réductions de consommation d’énergies par la réalisation de ce qui s’apparenterait à des «éco quartiers»)

Vous avez des idées sur le développement durable ? Nous aussi !

Venez en débattre à l’assemblée citoyenne du Front de Gauche de Saint Gratien mardi 24 janvier 2012 à 20h00, avec André Chassaigne, député Front de Gauche d’Auvergne et rapporteur de l’amendement anti-OGM intégré dans la loi Borloo-Grenelle de l’environnement; auteur du livre « Pour une terre commune »

Nous reviendrons prochainement sur la présentation de l'Agenda 21 qui a été faite ce soir. Soirée "débat" qui fit fort écourtée lorsque le maire jugea que les questions avaient assez duré...

 

Agenda 21 : des propositions alternatives crédibles (4)

Suite de notre publication d’articles sur l’Agenda 21 de la ville de Saint Gratien. Voici le volet de nos propositions qui concernent le développement économique et l’emploi.

Développement économique et emploi

  • Intégrer des normes sociales importantes dans le choix des entreprises lors des appels d’offres : l’exemple de Val Horizon

val_1.jpgLe Maire de Saint-Gratien a récemment fait allusion au conflit qui a opposé les salariés de la société Val Horizon à leur employeur, entreprise du groupe Suez, qui assure le ramassage de nos déchets pour le compte du syndicat intercommunal « Émeraude ».

Les salariés dénonçaient des contrats de travail et des fiches de paye opaques, réclamaient les mêmes augmentations de salaires et la même mutuelle que tous les salariés du groupe auquel ils appartiennent, ainsi que l’embauche en CDI des intérimaires employés depuis plusieurs années. Les conditions de travail et notamment d’hygiène et de sécurité du travail faisaient aussi partie des revendications.
val_2.jpg

Après une semaine de grève et face au mépris et au chantage à l’emploi de la direction, les salariés ont obtenu des augmentations de salaires, des CDI pour 20 intérimaires, des primes de rattrapage et l’organisation d’élections professionnelles.

En 2009, cette entreprise avait déjà fait parler d’elle. Elle employait déjà dans des conditions tout à fait indignes, des salariés sans papiers. Une grève avait permis la fin de ce scandale et la régularisation de tous.

Dès le début de ce conflit, nous nous sommes adressés au maire pour lui demander d’intervenir auprès de Val Horizon afin d’obtenir l’ouverture rapide de négociations. Que soient respectées les conditions d’embauche, d’emploi, de couverture sociale, de protection sanitaire et de sécurité conformes à la législation du travail par des entreprises qui, comme Val Horizon, travaillent dans le cadre de marchés publics, financés par des fonds publics, autrement dit.. nos impôts, est une absolue nécessité.

Les communes doivent intégrer les normes sociales les plus favorables dans le choix des entreprises dans le cadre ce type d’appels d’offres.

- Nos propositions en matière de déplacements alternatifs peuvent aussi être un levier au développement des commerces de proximité.

- Nous plaidons également pour que l’adoption de sources d’énergies renouvelables soit un facteur de développement de l’emploi et de formations dans nos quartiers.

Cadre de vie et environnement

  • Lutter contre les nuisances aériennes
    l-aeroport-de-roissy-charles-de-gaulle-plus-discret_24030_w125.jpg

Une enquête d’utilité publique a été ouverte concernant une révision des couloirs aériens partant ou arrivant à l’aéroport de Roissy sur un arc géographique comprenant des communes des Yvelines et du Val d’Oise. Bien que Saint-Gratien ne soit pas comprise dans cet arc, il nous semble que la commune, comme celles environnantes doivent être associées aux réflexions en cours sur la révision des couloirs aériens. Les nuisances sonores provoquées par l’accroissement des flux aériens au-dessus de notre ville et par voie de conséquence l’augmentation de la pollution atmosphérique et auditive mettent en évidence la nécessité de prendre en compte très sérieusement ce problème de santé publique.

Il faut redonner aux institutions publiques des prérogatives concernant l’encadrement et l’attribution des créneaux horaires et des trajectoires, la définition des capacités et des fréquences, en édictant des normes sociales, environnementales et de sécurité applicables à toutes les compagnies aériennes. En impliquant les populations concernées, il faut exiger que les compagnies aériennes s’engagent sur l’interdiction des vols de nuit de 22 h à 6 h du matin et le respect des vols aux altitudes préconisées,voire obtenir leur relèvement.

Au niveau de notre commune, nous proposons la mise en place d’une commission de contrôle et d’information s’assurant du respect des normes de pollution et de bruit édictées à l’encontre des compagnies aériennes.

Le soutien des franciliens en faveur de la construction d’un troisième aéroport à dimension national pour le fret dans une zone géographique faiblement urbanisée (Notre Dame des Landes ou Vatry, par exemple) permettrait de résorber le problème sur l’Ile de France.

  • Créer du lien social, développer et aménager les espaces verts

marais_1.jpgÉtudier la couverture partielle de la RD 14 et/ou de la voie ferrée (dans sa partie la plus encaissée). La couverture du « BIP »,le long de la résidence des Marais, est un excellent exemple de ce qui est possible de faire, lorsque les habitants se mêlent… de leurs affaires ! Cette réalisation, présentée en son temps comme irréalisable financièrement, est aujourd’hui appréciée par tous. La semi –couverture des voies de circulation permet, outre une isolation phonique et visuelle, d’associer espace vert, parcours sportif et passerelle piétonne désenclavant le quartier.

Ce type de travaux a été par exemple réalisé à Saint Denis au dessus de l’A1 ou encore au Plessis-Robinson au dessus de l’A3.

Ce nouvel espace public, aménagé en espaces verts, deviendrait un lieu d’échanges, de partage et de croisement interculturels. La cicatrice qui coupe la ville en 2 serait partiellement résorbée et pourrait permettre de faire reculer « la peur de l’autre ».

Les consultants employés par la ville avaient dans leurs argumentaires ce projet ; les gros investissements de la commune étant maintenant réalisés, le financement d’un tel projet pourrait s’envisager sur 30/40 ans et bénéficierait évidemment de subventions importantes de la part du département, de la région, de l’État.

Retrouvez les trois premiers articles du blog sur l’Agenda 21 :
article 3; se déplacer autrement

article 2; accroître les solidarités et recréer du lien social

article 1; économiser l'énergie et en diversifier les sources

 

Agenda 21 : des propositions alternatives crédibles (3)

Agenda 21 de la ville : nous poursuivons la publication d’une série d’articles reprenant nos principales propositions.
Après le chapitre consacré à la diversification des sources d’énergie et celui sur le développement des solidarités, nous traitons la question des déplacements dans notre ville de Saint Gratien.

velo_1.jpgSe déplacer autrement ; atténuer la pollution et la congestion automobile

Développer les modes de déplacements doux

Une donnée sanitaire : Si la valeur des particules fines dans l’atmosphère préconisée par l’Organisation Mondiale de la Santé était respectée, six mois d’espérance de vie seraient gagnés pour les habitants de Paris.
Une projection : En 2021, le prix du litre d’essence est à 5 € ; Presque chaque ménage a 2 voitures ; les centres villes sont congestionnés…
Solutions : Favoriser les déplacements alternatifs ; développer un réseau continu de pistes cyclables ; aménager des parcs à vélos sécurisés et des casiers à trottinettes ; développer l’inter-modalité transports ‘doux’ / transports en commun.
velo_2.jpg

Proposition n°1 : Inciter les parents à ne pas utiliser leur voiture pour déposer leur enfants à l’école par l’aménagement d’une offre packagée « RER/train de banlieue + vélo »
Le matin, le parent et l’enfant vont à l’école en vélo. L’enfant laisse son vélo dans le parc à vélo sécurisé aménagé à proximité de l’école ou dans l’enceinte de l’école. L’adulte poursuit son chemin jusqu’à la gare SNCF. Stationne son vélo dans un parc à vélo sécurisé (nb : à ce jour il n’y a rien pour garer un vélo à la gare de St Gratien). Le soir, en rentrant du travail, le parent (ou celui, qui n’a pas pris en charge l’enfant le matin) récupère le vélo à la gare, passe par l’école et rentre chez lui en vélo avec son enfant.
velo_4.jpg

pedibus.jpg- Proposition n°2 – Une offre packagée « Pédibus + vélo »
Chaque matin un parent volontaire réalise à pied la tournée des enfants de son quartier scolarisés avec sa progéniture. Le groupe d’enfants est déposé à l’école par l’adulte qui poursuit son chemin jusqu’à la gare SNCF avec un « vélib’ » mis à sa disposition dans le parc à vélo de l’école. L’adulte laisse son vélib’ dans le parc à vélo sécurisé de la gare. Même principe le soir, avec le cas échéant un autre adulte…

- Proposition n°3 : Mise à disposition devant les grandes surfaces de « carrioles à vélos »
Faire ses courses à vélos, c’est sympa, mais pas simple : quid des courses volumineuses ? Solution : Mettre à disposition des clients « cyclistes » des grandes surfaces de la ville des « carrioles à vélos » (via un système de location). Le client attache la carriole louée au tube de selle de son vélo et ramène ses courses à son domicile. Il est incité à ramener en vélo la carriole vide devant le magasin par l’octroi de points qui viennent alléger le coût de la location de la carriole. Le nombre de points peut devenir supérieur au coût de la location mensuelle de la carriole et le client bénéficie alors d’une remise sur la facture de ses courses.

jeux-enfants-trottinette-3.gif- Proposition n°4 – Mettre à disposition devant les lieux très fréquentés des casiers à trottinettes

La trottinette est un moyen de locomotion alternatif. Il est peu coûteux en pistes cyclables. Mais que faire de sa trottinette quand on va au cinéma, à la bibliothèque, au supermarché…. A quoi attacher sa trottinette ? comment ?

Solution : Agencer devant les magasins, le cinéma, la médiathèque, etc. des casiers en bois à trottinette, à 50 cm / 1 m du sol, avec le même système de fermeture que les casiers à la piscine.

  • Modèle économique à développer pour inciter à la mise en place de la solution packagée pédibus+vélib’+train : Plus le nombre d’enfants emmenés à pied par adulte est important, plus le parent gagne des points pour aller à la piscine, au cinéma ou des réductions sur l’abonnement à la médiathèque avec ses enfants… Plus il y a de rotations de vélib’ entre l’école et la gare, plus les parents gagnent des points de réduction sur le prix de leur carte navigo….
  • Impact en termes d’emplois : Fabrication de casiers à trottinette (brevet à déposer) ; de carrioles à vélo avec attache au tube de selle trottinette (brevet à déposer) ; aménagement de parcs à vélo sécurisés, etc.
  • Efficacité économique et environnementale : décongestionnement de la circulation automobile ; moins d’accidents ; moins de temps perdu ; moindres émissions de CO.2 ; moins de stress ; sport + ; espérance de vie + ; dans le modèle économique proposé, le commerce dit « de proximité » est gagnant…
    velo_7.jpg

- Proposition n°5 - Faire davantage de place pour le piéton en ville : aménager de vrais espaces piétonniers en élargissant les trottoirs pour faciliter le passage des poussettes et fauteuils roulants

Favoriser les transports en commun

- Améliorer la fréquence des bus, particulièrement en journée
- Revenir à la gratuité du parking de la gare pour encourager les usagers à utiliser le RER pour se rendre à leur travail au lieu de leur véhicule
- Instaurer une navette communale gratuite afin de faciliter le déplacement des personnes à mobilité réduite et les personnes âgées. L’objectif est de favoriser le lien social en facilitant l’accès des habitants aux commerces, aux centres culturels et la circulation entre les différents quartiers.. Accessibilité, horaires, parcours, fréquence… devront être étudiés en concertation avec les usagers.
velo_5.jpg

 

Agenda 21 : continuons la concertation

Mise en page 1Le 4 mars s’est tenu le dernier atelier de concertation organisé dans le cadre de l’agenda 21 de la ville. Consacré aux transports (« comment se déplacer à Saint Gratien ? ), cette rencontre a été l’occasion de parler liaisons douces, pistes cyclables, circulation et stationnement, transports collectifs… et d’évoquer des solutions alternatives crédibles aux difficultés de déplacements et à la circulation automobile omniprésente.

Nous reviendrons prochainement sur l’ensemble de ces réflexions menées depuis deux mois autour du développement durable. Une première appréciation ? De nombreuses idées ont émergé de ces échanges, montrant que beaucoup reste encore à faire en matière de protection de l’environnement et de cadre de vie, mais aussi de solidarités, de développement économique, de politique de l’habitat et d’intégration des jeunes dans la vie locale.
Citons pêle-mêle quelques propositions parmi les plus marquantes :

  • l’instauration d’une navette communale facilitant les déplacements de tous, partout dans la ville
  • l’amélioration des transports collectifs
  • le développement des modes de déplacements « doux », vélos ou autres trottinettes … et la réflexion sur la place du piéton dans la ville
  • l’accueil, l’entraide des populations étrangères, les échanges et l’ouverture sur d’autres peuples et cultures par des initiatives de solidarité internationale
  • la réaffirmation du « droit au logement pour tous » et la nécessité d’actions assurant une réelle mixité sociale
  • la diversification indispensable des sources d’énergie et les possibilités que cela offre en matière d’emplois et de formation
  • la participation des jeunes et des enfants à la vie communale

Il importe à présent de ne pas mettre cette richesse dans un placard et de poursuivre la concertation engagée. Processus difficile. Bien peu d’habitants ont finalement participé aux différents moments d’échanges. Un réel déficit démocratique à Saint Gratien ? Une trop longue habitude de laisser les élus décider seuls tout au long de leur mandat ? Une méfiance vis à vis des structures de réflexion mises en place ? Le peu de jeunes s’impliquant est également source d’interrogation. Les élus de la majorité municipale se sont eux aussi, montrés fort peu présents dans les différentes réunions.

Sans tomber dans l’autosatisfaction excessive, reconnaissons que le Front de Gauche gratiennois a, lui, conforté sa place. Présent, et en nombre, à chaque invitation, il a activement et positivement contribué à faire émerger problèmes de fond et solutions alternatives crédibles et originales. Sans sa participation, les ateliers de concertation auraient été bien moins fournis et productifs. Au sein du « collectif FdG de l’agenda 21 », nous approfondissons maintenant la réflexion avec la volonté d’associer toujours plus de citoyens sur ces sujets essentiels.

Quelle force politique locale est actuellement capable d’assurer la même présence et le même dynamisme ?

 

Saint Gratien débat du développement durable

Le dernier Conseil municipal de Saint Gratien a débattu du développement durable en procédant à une première analyse du « diagnostic territorial de l’Agenda 21 ».
Préparatoire à la rédaction de l’ Agenda 21, ce document, riche et dense de 90 pages, est un état des lieux et propose des pistes de réflexion. Il sera suivi d’un processus de concertation avec les habitants de la commune. Un programme d’action sera ensuite défini, dont les principaux objectifs doivent être la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, la production de biens et de services durables et la protection de l’environnement. Une première approche de ce document nous a permis d’évoquer en conseil municipal les points ci-dessous, qui nous ont semblé particulièrement importants. Ce n’est qu’une première étape car nous souhaitons dans les mois à venir, échanger largement avec les Gratiennois autour de ces thèmes, et enrichir nos propositions.

Cadre de vie et environnement
Le « Parc urbain « et la « casquette du BIP » sont aujourd’hui reconnus comme des aménagements bénéfiques et nous ne regrettons pas d’avoir réclamé (seuls, à une certaine époque…) et soutenu leur réalisation avec les habitants et riverains. Par contre, nous ne partageons pas l’opinion selon laquelle « il y a de nombreux espaces verts » à Saint Gratien.

Mobilité
Le document pointe la sous utilisation du parc de stationnement payant de la gare, l’importance des nuisances aériennes et un manque de liaisons douces : autant de points que nous soulignons régulièrement. C’est lors de l’aménagement des quartiers qu’il faut prévoir l’implantation des pistes cyclables, ce qui n’a pas été fait lors de la réalisation de la ZAC du Cœur de ville, par exemple. Nous partageons aussi la volonté affichée de développer les transports collectifs, à condition qu’elle ne reste pas à l’état d’intention.

Habitat et urbanisme
Saint Gratien est la ville la plus dense du Val d’Oise. Nous avons été longtemps les seuls à le dire. Il existe une importante disparité sociale entre les différents quartiers de la ville, accentuée par des coupures urbaines comme la RD 14 ou la voie ferrée. 1200 demandes de logement social sont enregistrées dans notre commune mais 500 seulement sont traitées. Améliorer la mixité sociale des quartiers apparaît comme une urgente nécessité, de même que favoriser les commerces de proximité.

Jeunesse
Les jeunes sont peu impliqués dans la vie de la cité. Peu de structures s’adressent aux jeunes adultes entre 18 et 25 ans. L’instauration d’un conseil municipal des jeunes pourrait permettre de faire émerger des propositions.

Solidarité
Si la ville a été la première à signer la « charte de la diversité », elle accueille bien mal les populations étrangères récemment arrivées à Saint Gratien …

Culture, sports et loisirs
Veiller à l’accès de tous à l’offre culturelle et sportive : beaucoup reste à faire en ce domaine, notamment en direction des publics les plus démunis.

Développement économique et emploi
Le taux de chômage est de 9,3% sur la ville. Peu de propositions pour ce thème… alors que des initiatives intéressantes liant emploi et développement durable existent dans des communes avoisinantes. Il est possible par exemple de conjuguer amélioration de l’habitat (installation de panneaux solaires sur des toits d’immeubles) et formation de personnel qualifié débouchant sur de vrais emplois pour les habitants d’un quartier qui serait « éco labellisé ».

Enfin, il nous semble tout à fait primordial d’associer beaucoup plus largement la population à cette démarche autour du développement durable. Elle reste pour le moment trop théorique, trop élaborée en petit comité sans retentissement réel sur la vie de la commune et des habitants.

Voici les différentes dates des rencontres prévues sur la ville. Participez et donnez votre avis !
-Une conférence-débat pour présenter le diagnostic réalisé à Saint Gratien le lundi 24 janvier à 20h au théâtre J.Marais
- Un atelier de concertation « Comment préserver le cadre de vie de St Gratien ? » le jeudi 3 février à 19h au CC du Forum
-Un atelier de concertation « Comment accroître les solidarités à St Gratien ? » le vendredi 4 février à 19h au CC du Forum
-Un atelier de concertation « Comment se déplacer autrement à St Gratien ? » le vendredi 4 mars à 19h au CC des Raguenets

Ce blog reviendra régulièrement sur les débats autour du développement durable qui dépasse largement le seul thème de la protection de l’environnement.
044.jpg