14 000 postes seront supprimés dans l’Éducation à la rentrée 2012, alors que 2 500 nouveaux élèves sont attendus. Les écoles maternelles et élémentaires seront amputées de 5 700 postes.

Les chiffres des ouvertures et fermetures de classes sont annoncés ces jours-ci dans les départements puis dans les villes.

Le Val d’Oise n’échappe évidemment pas aux restrictions budgétaires. 28 emplois disparaissent dans notre département alors que la démographie est à la hausse avec 1408 élèves supplémentaires dans les écoles en septembre 2012.

Le taux d’encadrement prof/élèves est en baisse pour la cinquième année consécutive avec une tendance à s’éloigner de plus en plus de la moyenne nationale. Ce sont les conditions de travail des élèves et des personnels qui seront à nouveau dégradées.

La disparition programmée des RASED se poursuit avec de nouveau la suppression de 42 postes d'enseignants spécialisés.

De plus, l’absurdité du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux fait que l'Inspection Académique du Val d'Oise procèdera au recrutement d'une vingtaine de vacataires, alors que 19 postes ont été supprimés à la rentrée 2011. C’est le retour des enseignants « précaires » dans les écoles du 95, le recours à des étudiants, peu ou pas formés, mis en difficulté ainsi que leurs élèves.

Ces mesures dégradent la qualité du Service Public d’Éducation, les conditions d’enseignement et d’apprentissage, fragilise les élèves les plus en difficulté et accroît encore plus les inégalités entre élèves. Le 31 janvier dernier, les enseignants se sont mobilisés pour que soient suspendues les suppressions de postes prévues pour la rentrée 2012 et pour obtenir le retrait du projet d’évaluation notamment des personnels enseignants, d’éducation et d’orientation. Ils dénoncent vigoureusement ces choix qui exposent dangereusement les élèves, les écoles et qui dénaturent le métier d’enseignant.

Ils refusent la dégradation des conditions de scolarisation des élèves et de travail des personnels et ils ont à cœur de défendre leurs métiers et le système éducatif.

« Conditions de travail, précarisation de l’emploi, absence de revalorisation, suppressions de postes, réformes contestées… Il est urgent de stopper une politique éducative qui tourne le dos à la réussite de tous les élèves et place les personnels dans des situations de plus en plus difficiles » alerte la fédération syndicale FSU, qui entend bien dans le cadre des campagnes aux élections présidentielle et législatives, porter avec force ses propositions pour une autre politique éducative avec des moyens adéquats.

C’est d’une tout autre politique dont l’École a besoin aujourd’hui pour relever le défi de la réussite de tous et donner à tous les élèves des perspectives d’avenir.

L’Éducation doit devenir une réelle priorité! D'autres choix pour l’Éducation s'imposent!

Dans la 6è circonscription législative du Val d’Oise dont fait partie notre commune, si trois ouvertures de classes, dont deux à Deuil et une à Soisy, sont prévues en septembre 2012, trois fermetures sont également annoncées à Andilly, Margency et Sannois. Deux autres classes sont menacées de fermetures à Enghien et Sannois. Enfin, trois postes Rased d’aide aux élèves en difficulté sont supprimés : un à Montmagny et deux à Sannois.

Qu’en pense le député sortant François Scellier ?