Le texte paru dans la revue municipale de septembre 2011 dans la rubrique " expression des groupes politiques " ne peut rester sans réponse de notre part. La voici donc, sous forme de lettre ouverte à Madame le Maire.Les lecteurs retrouveront l'article auquel nous répondons à la suite de cette lettre.



Madame le Maire,

Je m’adresse à vous bien que le texte paru dans le dernier magazine de la ville au nom des élus du groupe majoritaire ne soit pas signé. Vous êtes responsable de la publication et je doute qu’un tel article ait pu être imprimé sans votre aval.

Dans cet article, tout date de la propagande des années 50 : la faucille et le marteau, le commissaire du peuple, le bloc soviétique…. Cet article caricatural et grotesque qui se veut humoristique, est méprisant pour les personnes en cause, et à des années lumière de la conception que je me fais de la politique. Par vos expressions et vos actes vous nous ramenez en pleine guerre froide, alors que les problèmes sont d’aujourd’hui.

Je crois que nos concitoyens attendent de leurs élus autre chose que des querelles stupides et stériles, bien éloignées des soucis qu’ils rencontrent aujourd’hui dans une situation économique plus que difficile. Bien peu d’ailleurs de Gratiennois comprendront les allusions douteuses qui me visent personnellement et nous ne serons que quelques-uns à pouvoir les remettre dans leur contexte.

Aussi, je vous répondrai sur un tout autre registre. Je ne souhaite pas que nos échanges, si on peut appeler ainsi les invectives dont vous me couvrez, restent à un niveau si bas qu’ils donnent une image détestable de la pratique politique.
Élevons le débat en usant d’arguments, car traiter son adversaire politique avec autant de dérision et de mépris ne vous grandit pas vous-même.

Oui, le Front (de Gauche, précisons–le mais je comprends bien que vous ne souhaitez pas nous faire de la publicité en donnant notre nom complet) reste mobilisé pour que 27 (et non pas 15, mais il est vrai que vous les connaissez très peu) enfants de familles de réfugiés politiques, ayant fui les persécutions dans leur pays, puissent accéder aux services municipaux dont vous leur interdisez l’accès depuis plus d’un an maintenant.
Cette pratique d'exclusion est moralement choquante et nous démontrerons devant les tribunaux qu’elle est illégale. Choquante car elle pénalise et stigmatise des enfants et stérile car elle n’empêchera nullement d’autres familles d’arriver éventuellement dans cette résidence d’urgence. Que ces enfants soient issus de l’ancien « bloc soviétique » n’a aucun intérêt en soi et suggérer que je puisse m’intéresser à leur sort pour cette raison est proprement stupide. Je vous signale d’ailleurs une nouvelle fois que des familles sont originaires d’autres pays et que certaines sont françaises, discriminées comme les autres puisque résidant au 35 rue du Général Leclerc, une adresse que vous souhaitez rayer de la carte.

Merci toutefois de reconnaître que nous restons mobilisés.
Je ne suis évidemment pas seule dans cette bataille que nous menons avec des enseignants, des parents, des citoyens de tous bords, parfois politiquement très éloignés de moi mais indignés de vos méthodes discriminatoires.

Merci aussi de reconnaître que je suis « désormais une célèbre élue de l’opposition », voire que je pourrais un jour être maire ! Quelle audace de votre part !
Mais ma conception de la politique est fort éloignée de la vôtre : je ne recherche ni la célébrité ni un poste intéressant. J’aurais d’ailleurs choisi un thème électoralement plus porteur que celui de la défense des demandeurs d’asile si cela avait été le cas. Si je, nous, sommes engagés dans cette affaire, ce n’est pas pour récolter des honneurs ou passer dans les médias, mais pour que ces enfants et leurs familles soient traités dignement en France, où l’État les a accueillis car ils étaient en danger dans leur pays d’origine.

Évoquons à présent la question de la grève des employés de la Sogeres, que vous amalgamez fort curieusement à l’exclusion de la cantine des enfants du 35. Ou comment finir d’embrouiller le Gratiennois qui n’aura pas suivi de près l’actualité locale.
Oui, j’ai soutenu le mouvement des personnels de cette entreprise filiale de la Sodexo qui fournit les repas aux écoliers de la ville ; enfin qui les fournit aux enfants qui sont admis à la cantine, évidemment… Les revendications, ce mot ne vous est pas agréable j’imagine, portaient sur les salaires, les conditions de travail et le manque de respect de la direction à leur égard. Les employés de « Val Horizon », qui assurent le ramassage de nos déchets ont fait grève l’an dernier pour les mêmes raisons.
Je soutiens bien évidemment ces mouvements et ma formation politique avance des propositions crédibles pour améliorer les salaires et permettre des conditions de travail correctes. « Si j’étais maire », ma première préoccupation, loin de me réjouir que les enfants soient privés de repas, aurait été d’intervenir auprès de la direction de ces entreprises pour les appeler à négocier au plus vite avec leurs salariés. En amont, je suis aussi pour intégrer dans les appels d’offres de la ville des critères sociaux essentiels. Que soient respectées les conditions d’embauche, d’emploi, de couverture sociale, de protection sanitaire et de sécurité conformes à la législation du travail par des entreprises qui travaillent dans le cadre de marchés publics, financés par des fonds publics, autrement dit nos impôts, est pour moi une absolue nécessité. La lutte des salariés de la Sogeres aura finalement permis d’arracher des avantages non négligeables et je doute fort que cela mette sur la paille ce géant de la restauration collective qu’est la Sodexo.

Je remarque au passage que vous gardez bien de donner votre propre avis sur ces mouvements sociaux. Seriez-vous pour la limitation du droit de grève ? Il serait bon d’en informer les salariés.

Notons que vous reconnaissez enfin être une fidèle lectrice de notre blog, les informations sur le conflit n’étant parues que par cet intermédiaire… Merci pour cette publicité inespérée que nous ne manquerons pas d’utiliser : le blog des élus communistes, même le maire le lit !

Abordons à présent les reproches que vous adressez à une élue qui ne se préoccuperait pas des difficultés sociales des familles.
Je serais donc indifférente à la situation des enfants privés de vacances ou de loisirs ? Je ne vous rappellerai pas, car vous les connaissez fort bien, les diverses interventions et propositions que j’ai faites depuis les nombreuses années de mes mandats municipaux, en conseil municipal ou dans les commissions municipales, tant celles concernant les tarifs des prestations périscolaires, que celles touchant à la grille des quotients familiaux, ou bien encore les débats que nous avons régulièrement lors du vote du budget, sur la nécessité d’un budget de fonctionnement permettant de maintenir et développer les services rendus au quotidien à la population. Qui a alerté sur la suppression des classes de découverte si ce n’est les élus communistes ? Mon engagement au Front de Gauche et ma profession font que je suis particulièrement sensible aux questions touchant à l’éducation et à l’enfance.
Que nos avis divergent sur ces questions est une évidence mais prétendre qu’elles me laisseraient indifférente est une contrevérité.

Mais vous, Madame le Maire, que mettez-vous donc en place pour que tous les enfants de notre ville aient accès aux loisirs, à la cantine, au départ en vacances ?
Vous dites vous-même que de nombreux enfants en sont exclus à Saint Gratien ? Vous êtes élue de la majorité depuis 1983 : quel aveu de votre part sur l’inefficacité de la politique sociale de votre groupe ! Quel constat d’échec ainsi auto-formulé !

Je survolerai brièvement les attaques personnelles dont je fais l’objet dans la suite de votre prose. Finement suggérées pour semer le doute sans accuser réellement, et pour cause, elles laissent à penser que je pourrais « profiter » de ma position d’enseignante pour faire de la politique…. « Il lui reste interdit, comme à tout agent public, de faire de sa fonction l’instrument d’une propagande quelconque ». C’est subtil, il n’est pas clairement dit que je fais de la propagande à l’école mais on fait planer le doute… Version nouvelle des attaques qui faisaient référence à un devoir de réserve inexistant pour le fonctionnaire de base que je suis et dont la municipalité n’est ni l’employeur ni le supérieur.
Je suis élue et enseignante sur la commune depuis vingt ans … Il s’agirait de s’apercevoir après toutes ces années que j’ai formé des générations de dangereux bolchéviques... L’extravagance prêterait à rire si votre propos n’était pas si malhonnête.

Enfin, dernière partie de cette prose délirante, je suis accusée de mélanger le marteau et la faucille…. nous apprécierons cet humour particulièrement fin…Vous croyez montrer une contradiction dans le fait que je défende les pratiques cultuelles dans les salles municipales alors que vous imaginez les communistes farouchement opposés aux cultes quels qu’ils soient… Vous tentez ici de dévier le débat car il s’agit tout simplement du respect des lois de la République. Vous oubliez, bien sûr, de préciser que le Tribunal administratif, puis le Conseil d’état vous ont rappelée au respect de la liberté de culte et de réunion à trois reprises au mois d’août dernier, par trois juges différents. Se seraient-ils, eux aussi, emmêlés dans leurs faucilles et marteaux ? Je vous rappelle aussi que vous avez refusé, au mois de juin 2010, une salle au Front de Gauche pour l’organisation d’un débat sur les retraites. Une pratique cultuelle, sans doute ?

Enfin, vous vous emmêlez vous-même étrangement puisque vous aviez mis à disposition la salle Camille Claudel en septembre 2010 afin d’y célébrer la fin du ramadan… Comprenne qui pourra..

Madame le Maire, je comprends que vous soyez de fort méchante humeur.

Après trois condamnations en justice, voici que vous subissez un revers électoral annoncé. Comme il est visiblement dû à vos propres amis politiques, qui n’ont pas jugé utile de faire élire une femme au Sénat, merci de ne pas me faire supporter le poids de votre acrimonie.

Nous vous remercions par contre, de reconnaître implicitement que notre action vous perturbe de façon significative car accorde–t-on tant d’importance à un adversaire inconsistant ? Nous avons eu à plusieurs reprises les honneurs de la revue municipale. C’est donc que nous le méritons. Cela nous encourage à continuer ! Merci à vous !

Isabelle Volat, conseillère municipale PCF-Front de Gauche

Les groupes politiques ont la parole...
(Magazine N°110 - Septembre 2011)

GROUPE "UNION POUR SAINT GRATIEN" (Majorité : 27 élus)

Dernières nouvelles du Front qui reste mobilisé pour l’accès à la restauration scolaire des quinze enfants de la résidence IDFI mais soutient la grève des salariés de la SOGERES qui prive 1300 petits Gratiennois de cantine !!! Que leur dirait notre désormais célèbre élue d’opposition si elle était Maire ?

Peut-être « Ne mangez pas, soyez solidaires ! ». De nombreux enfants de Saint Gratien ne profitent pas des services périscolaires, ne partent pas en vacances, ne vont pas à la piscine ou au cinéma, mais leur situation n’a jamais préoccupé la camarade élue

Ah mais oui, c’est vrai, ceux-ci n’ont pas le privilège d’être issus de l’ancien bloc soviétique. Pour les autres, objets de toutes les attentions et instrumentalisés jusque devant les caméras, la « Commissaire du Peuple à l’Instruction publique » n’a-t-elle pas utilisé son métier d’enseignante pour faire de la politique ? La lutte des classes sûrement ?! Elle peut toujours faire semblant de s’en offusquer, il lui reste interdit, comme à tout agent public, de faire de sa fonction l’instrument d’une propagande quelconque. L’autre scoop de la rentrée est qu’elle approuve le prêt de salles municipales à des fins de pratiques cultuelles, extraordinaire de quoi s’emmêler les marteaux et les faucilles.

Dans son JT du 28 septembre, la télé du Val d'Oise VONews revient sur la rentrée des enfants du foyer d'hébergement de Saint Gratien, toujours interdits de cantine, étude, centre de loisirs par décision du maire.
voir le reportage