Je suis la candidate du Front de Gauche dans la 6è circonscription du Val d’Oise. Éric Peschot est mon suppléant. La période électorale qui s’ouvre sera pour nous l’occasion de développer nos propositions et de les mettre en débat.

Battre N.Sarkozy était une première étape. Dix années de politique régressive, appellent des ruptures et pas seulement des correctifs à la marge des injustices les plus criantes. Aussi, en matière de logement, voici nos priorités.

logement_mai_2012.jpg3,5 millions de personnes sont victimes de mal logement, dont 600 000 enfants, avec des répercussions en matière de santé, de réussite scolaire... Dix millions de nos concitoyens souffrent, de près ou de loin, de la crise du logement. Situation absurde et intolérable !
La « crise du logement » frappe désormais même les classes moyennes et 80% des Français estiment « difficile » de trouver un logement. Un Français sur cinq peine pour payer son logement. Dans le Val d’Oise, 30 000 demandes de logement sont en attente. 7 000 logements devraient être construits chaque année et 25 communes ne respectent pas la loi SRU, dont la vile d’Enghien.

Le logement est devenu une marchandise, source de profit et de spéculation.

Des pays en Europe, des villes en France, par une maîtrise des prix, ont démontré la possibilité et l’intérêt d’une régulation par les pouvoirs publics des prix du logement.

Produire suffisamment de logements accessibles partout où les besoins existent, réguler les marchés et maîtriser le coût du logement pour défendre le pouvoir d’achat des ménages, construire une ville équitable et durable, c’est un impératif pour vivre ensemble.

Le Front de Gauche met sur la table ses propositions en matière d’habitat parce qu’il y a urgence. Cela passe, notamment par la création d’un « service public national du logement, de l’habitat et de la ville » qui aurait pour mission de mettre réellement en œuvre et garantir le droit au logement.

Voici quelques-unes des propositions que nous soutiendrons à l’Assemblée ;

- Engager un programme de rattrapage pour la construction et la réhabilitation de logements sociaux. Il faut construire au minimum 200 000 logements sociaux par an pendant 5 ans, de haute qualité environnementale, avec des loyers abordables
- Imposer la production de logements sociaux dans les communes qui ne respectent pas la loi SRU, par exemple en interdisant les subventions de l'Etat et des collectivités territoriales à ces communes.
- Appliquer la loi de réquisition des logements vides, car la réquisition est l’un des leviers possibles contre la crise du logement. Il y a en France plus de 2 millions de logements vides.
- Interdire les expulsions, pratiques moyenâgeuses qui ne font qu’enfoncer davantage les familles en difficulté.
- Encadrer les loyers du secteur privé pour les limiter à 20% des revenus des ménages
- Abroger les mesures de la droite du type : vente de logements sociaux ou à la découpe, dé-conventionnement, fiscalité immobilière, etc. ;

Un député engagé, c’est utile !
Les députés communistes et du Parti de gauche ont déposé en novembre dernier, une proposition de loi visant à interdire les expulsions, à renforcer la réquisition des logements vacants et à renforcer la loi SRU, en faisant passer de 20 % à 30 % le taux de logements obligatoires en zone tendue et en augmentant les pénalités en cas de non-respect de la loi.