logement_4.jpgCe billet fait partie d'une série d'articles parus sur ce blog et qui traitent des questions du logement.
Et vous ? Vous avez des idées ? Partagez-les sur ce blog !
Venez également faire du remue-méninges lors de la prochaine réunion sur l’Agenda 21 de la ville de Saint-Gratien…

Dans le Val d’Oise, 30 000 demandes de logement sont en attente. 7 000 logements devraient être construits chaque année et 25 communes ne respectent pas la loi SRU.

Un collectif s’est créé autour du maire de Bezons pour faire pression sur les communes « hors la loi ». « La préfecture nous obligeait à accueillir les dossiers Dalo (droit au logement opposable) venus des villes voisines qui ne respectent pas la loi SRU. Ça a fini par nous énerver », explique-t-on à la mairie de Bezons. En octobre dernier, Dominique Lesparre, maire PCF, a décidé d’aller manifester chez ces voisins qui préfèrent payer l’amende plutôt que de construire du logement social.

« On a choisi les trois premières villes sur la liste préfectorale des 25 communes val d’oisiennes de plus de 3?500 habitants sous la barre des 20% de logement social?: La Frette, Le Plessis-Bouchard et Enghien-les-Bains ».

Après le succès et l’écho de ce premier « rallye pour la solidarité urbaine » montrant du doigt les communes hors la loi, un collectif départemental du logement a été créé, bientôt rejoint par les fédérations PCF, le Parti de Gauche, le Modem, la CGT, FO commerce, les mairies d’Argenteuil et de Montigny-lès-Cormeilles, l’association Cap 21. D’autres visites ont été rendues en décembre à Frépillon, à Mériel et à Auvers-sur-Oise.

« Selon les localités, les maires apprécient plus ou moins notre présence. Mais tous se sont empressés de nous affirmer qu’ils sont engagés dans la construction de logements sociaux », poursuit le directeur de cabinet du maire de Bezons.

D’autres initiatives sont prévues?: des rencontres pour le logement ont eu lieu début février. Un rassemblement aura lieu début mars, devant la préfecture du Val d’Oise , en présence des acteurs du collectif et de demandeurs de logement. Le NPA vient de se joindre à cette initiative.

Isabelle Volat, Renaut Baphèse et le collectif Agenda 21 du Front de Gauche de Saint Gratien
2-mars-logt.jpg