Saint Gratien, 12 janvier 2013

SAMSUNG            Ci-contre, un invité de marque dans la file d'attente....
Bien qu’on leur ait fait remarquer à maintes reprises que ce n’est ni le lieu ni le moment, les amis gratiennois du Front de Gauche ont encore été les premiers à accueillir les invités rassemblés devant la salle Georges Brassens pour la traditionnelle cérémonie des vœux du maire. Que le premier magistrat profite de cette occasion pour tenir un discours très politique, comme l’a d’ailleurs noté « Le Parisien », est une chose habituelle mais il admet difficilement de voir ses opposants faire de même…. Les invités sont donc entrés avec un tract à la main et le Front de Gauche leur a souhaité une bonne année avant tout le monde… Des discussions se sont engagées à l’entrée de la salle…notamment au sujet d’emprunts contractés par la ville auprès d’une certaine banque « D », un nom qui ne sera pas prononcé au cours de l’allocution du maire.

Après la publicité que le Front de Gauche leur a récemment donnée, il était difficile de ne pas aborder la question de ces emprunts, que certains nomment « toxiques » quand Madame le Maire préfère nettement le terme de « structurés ». Elle a tout d’abord tenté de rassurer le contribuable en lui promettant de ne pas augmenter ses impôts. Il est vrai qu’ils ont été alourdis sévèrement dès 2008. Le fait est que la municipalité pense plutôt rembourser ces emprunts tox.. structurés, en réduisant les travaux comme peau de chagrin et en augmentant au maximum le prix des services. Le maire a ensuite risqué un brin d’humour en garantissant qu’elle ne fera pas la grève de la faim devant l’assemblée car elle est une élue responsable et qu’elle n’est pas réduite à réclamer des fonds publics pour boucler son budget, tout en sachant fort bien que la situation de la commune dont le maire est arrivé à une telle extrémité n’est en rien comparable à celle de sa ville….

A Saint Gratien, on aurait certainement préféré que ce côté obscur de la dette de la ville reste inconnu du grand public. Mais à présent que le Front de Gauche l’a étalé au grand jour, interpellant l’adjoint aux finances à plusieurs reprises au Conseil municipal et en réunions de quartier, il est difficile de passer la question sous silence. Vantant sa gestion de la dette, Madame le Maire proclame que seul "le Parti communiste a du mal à comprendre ! », en nous citant nommément ! Un peu audacieux, voire risqué, de nous faire une telle publicité car c’est bien la seule organisation politique qui ait été mentionnée durant cette réception, l’UMP étant prudemment oubliée… au pied de l’estrade…. Était-ce alors prudent d’attirer l’attention de la salle entière sur ce PCF qui occupe déjà une place particulière dans le paysage politique national, et qui fait quelque peu parler de lui dans la commune, au sein du rassemblement du Front de Gauche ? Le seul à questionner, voire à contrarier dans les réunions de quartier…Un faux pas de Madame le Maire, reconnaissant inconsciemment qu’il est présent sur le terrain et qu’il dérange ?

Pour ces vœux 2013, tout avait été pourtant attentivement préparé. Des centaines d’invitations lancées, soigneusement choisies et triées, pour accueillir plus de 800 personnes dans une salle décorée et fleurie, au buffet somptueux et abondant. Certes, il est de bon ton de prôner la rigueur mais on n’est pas obligé de se l’appliquer à soi-même. Et puis, à Saint Gratien, point de grève de la faim ! Le discours est peaufiné. Les réalisations municipales de l’année présentées sous leur meilleur jour, comme dans une super-réunion de quartier. La médiathèque et les centres de loisirs sont vantés, mais on oublie de préciser que leurs crédits seront réduits en 2013. On loue le bon fonctionnement de la démocratie de proximité, la concertation « omniprésente » et les échanges avec les habitants, bien que ces pratiques soient loin d’être courantes au quotidien dans notre ville. Le budget 2013 de la ville est présenté comme participant à l’effort de réduction des dépenses publiques, et on omet d’indiquer les répercussions sur les services rendus aux habitants. On explique que les engagements en matière d’investissements seront tenus, sans s’attarder sur le fait qu’ils seront réduits cette année à leur plus simple expression. On verse un couplet toujours apprécié sur la sécurité et la tranquillité des habitants. Il est annoncé que Saint Gratien mettra en place la réforme du temps scolaire dès septembre, et on promet une concertation bien que sachant qu’elle risque d’être fort rapidement menée. Madame le Maire dévoile enfin les véritables objectifs du PLU, un sujet qu’elle maîtrise elle-même, n’ayant pas d’adjoint à l’urbanisme. A savoir développer l’offre de logement, c’est-à-dire construire de nouvelles résidences de standing et tenter ainsi d’enrayer l’hémorragie d’habitants. Non, bien sûr, n’est pas évoquée cette baisse du nombre d’habitants (moins 1286 depuis 3 ans) récemment dévoilée par un journal local. Certains auraient pu y voir la preuve d’un manque de dynamisme de la ville, alors que c’est seulement le signe que l’Insee ne sait plus compter.

Le discours était –il trop bien calqué sur celui des années précédentes ? Le fait est que les invités étaient très sages. Aucun n’a jugé bon d’encourager l’oratrice par quelques applaudissements. Même le passage sur le droit de vote des étrangers n’a guère suscité d’enthousiasme. .. « Est-ce nécessaire, est-ce moderne, est-ce adapté ? » a faussement interrogé le maire, quand tout le monde aura saisi depuis longtemps que sa réponse est non. Même l’habituel et convenu refrain sur les communautarismes, laissant planer l’idée qu’ils nous menacent directement à Saint Gratien, n’a pas réveillé l’auditoire…. Peut-être était-il occupé à lire le tract du Front de Gauche ?

Vous n’étiez pas invité aux vœux du maire ? Le Front de Gauche ne vous oublie pas ! Voici le tract que nous avons distribué à cette occasion. Belle année 2013 à tous !
bonne_ann_e_2013_tract_11.jpg