En septembre dernier, le ministre de l’éducation reconnaissait l’insuffisance des salaires des enseignants. « Nous savons tous que les enseignants ne sont pas assez rémunérés. Il serait digne de les payer mieux si nous en avions les moyens, et lorsque nous les aurons, nous le ferons.»

Élégante façon, tout en admettant le problème, de renvoyer la revalorisation aux calendes grecques….

Les rémunérations des enseignants français sont nettement en dessous de la moyenne des pays de l’OCDE et le salaire de ceux ayant moins de quinze ans d’ancienneté a même régressé entre 1995 et 2009. Le SNUipp-FSU, principal syndicat du premier degré, prend le ministre aux mots et demande l’ouverture rapide du dossier de la revalorisation. Les chiffres sont particulièrement éloquents en ce qui concerne les enseignants du primaire. Ceux-ci gagnent en moyenne 320 € de moins que leurs collègues européens et, en milieu de carrière, 600 € de moins qu’un enseignant du secondaire. Pour le syndicat, « il est urgent de résorber ce déclassement salarial. »

Pour la première fois, un rapport de la fonction publique considère que les professeurs d’école ne se situent plus dans la catégorie « profession intellectuelle supérieure » mais dans celle des « professions intermédiaires ». À ce constat, s’ajoute celui d’un sous-salaire des femmes, du fait d’interruptions de carrière, de temps partiels, et d’accès plus complexe à des fonctions de responsabilité. Dans un métier féminisé à plus de 80 %, les femmes enseignantes du premier degré sont rémunérées en moyenne 1960 € contre 2070 € pour les hommes et ces écarts croissent au fil de la carrière, souligne le syndicat.

“Faire carrière” dans le corps des professeurs des écoles est de moins en moins valorisant. Et à l’heure où le gouvernement annonce la création de 60 000 postes sur 5 ans, on peut s’inquiéter pour ces recrutements à venir. L’annonce par le gouvernement de la poursuite du gel du point d’indice est un signe supplémentaire peu encourageant.

C’est pourquoi le SNUipp-FSU demande l’ouverture rapide du dossier de la revalorisation et invite les enseignants des écoles à se mobiliser et envoyer une carte au ministre de l’Éducation nationale « Mieux rémunérer les professeurs des écoles : c’est maintenant ! »

signer en ligne

snuipp_carte_.jpg