Dans le Val d’Oise, le Parti communiste s’est investi, dans sa diversité, dans Le Front de Gauche. Le PC a trouvé avec le Parti de gauche un partenaire qui partage sa logique et qui développe, en particulier sur l’Europe, des idées similaires.



Ils regrettent la position du NPA qui privilégie uniquement la contestation. Malgré cela, le Front de gauche s’élargit. Une partie des adhérents du NPA et des adhérents du MRC, de nombreux syndicalistes, acteurs du mouvement associatifs, citoyens non encartés, se retrouvent dans la démarche unitaire prônée par le Front de Gauche.

Les élections européennes concernent notre vie quotidienne. Le « pacte de stabilité » par exemple est un carcan contre les dépenses sociales et sert de prétexte au gouvernement pour supprimer 30 000 emplois publics, réduire la protection sociale, les retraites, les .moyens pour l’école et les hôpitaux. C’est encore an nom de l’Europe ultralibérale que la droite veut privatiser la Poste. Il est important que les français se prononcent sur tous ces sujets. Le scrutin du 7 juin sera aussi l’occasion de sanctionner Sarkozy comme grand défenseur du traité de Lisbonne et de l’Europe capitaliste.



Le Front de gauche a des propositions alternatives et dénonce l’opposition entre les promesses de campagne sociales et la volonté de voir appliquer le traité de Lisbonne. Il est important que les principaux acteurs du NON de gauche, unis dans le Front de gauche, soit présents au Parlement européen.



Sur la liste de la région conduite par Patrick Le Hyaric figurent deux valdoisiennes : Rosita Jaouen, conseillère régionale, et Audrey Galland, dirigeante du Parti de Gauche.