fn.gifJean-Luc Mélenchon sera donc candidat du Front de Gauche dans la 11è circonscription du Pas de Calais, celle d’Hénin Beaumont. Le secrétaire départemental du PCF, Hervé Poly, sera son suppléant.

Les médias présentent Hénin Beaumont comme « les terres de Marine Le Pen ». La candidate du Front national, déjà candidate dans cette circonscription en 2007 (et largement battue par le candidat socialiste) y a certes recueilli 31% des voix le 22 avril dernier. Mais Jean-Luc Mélenchon y a aussi frôlé les 15% et au second tour, François Hollande s'y est largement imposé à plus de 60 %. Une terre à gauche donc, un pays minier riche de solidarités, qui a vu des députés communistes, des députés socialistes, et qui pourrait bien voir demain un député du Front de Gauche !

C’est évidemment une candidature très symbolique, qui prolonge le combat mené par le Front de Gauche, d’ailleurs souvent bien seul, contre les idées xénophobes et réactionnaires du Front national.

Voici quelques extraits de la déclaration de candidature de Jean-Luc Mélenchon.

"Ma place, c'est d'abord de faire vivre la permanence d'un message. Nous ne sommes pas un bon coup électoral. Car le Front de gauche en est à sa quatrième campagne électorale. Il est fait pour durer et son ambition est d'être au pouvoir, pour le rendre au plus grand nombre et changer de politique. Les événements amènent à nos solutions.
Je pense que nous mesurons tous le caractère extraordinaire de ce que nous allons entreprendre ensemble. En ayant reçu tant de gestes de fraternité, j'ai bien compris que vous m'accueillez pour la bataille qui s'annonce. Mais une bataille menée avec la raison, les arguments.(…) Nous sommes pour l'instant la deuxième force de gauche. Mais pour ce qui est de la clarté, des perspectives et de la force des idées, nous sommes la première.
Ce pays a été martyrisé par le libéralisme, il n'y a pas d'autres mots. Quelques soit les efforts de vos élus locaux, la solution est nationale et internationale. La loi peut rendre impossible que les patrons voyous saccagent le tissu industriel. La loi peut les punir. Dans la bataille que nous allons mener vont se confronter deux visions de la sortie de crise. Comme en Europe. Je ne viens pas faire semblant que je vais sortir de ma musette des emplois, des usines. Non, nous allons demander à chacun de répondre à cette question : le problème c'est les immigrés ou les banquiers ? Ce sont les immigrés qui ferment les usines ? Non. Si vous voulez vous interdire les licenciements boursiers, votez Mélenchon et Poly. (...)
La bataille face au Front national est indispensable. On me dit : vous en faites une fixation, une affaire personnelle. Mais c'est une affaire collective ! Le glissement de la droite vers l’extrême droite, je ne l'ai pas inventé. Quand on en attaque un on attaque l'autre. Et oui je viens mener bataille contre la droite, car je suis la gauche. Je mets au défi madame Le Pen. Mais avec des arguments, ayant un débat. Car nous misons sur l'intelligence et le cœur de chacun. (…) Il faut lancer une rénovation pour rassembler chaque conscience de gauche. Quiconque vote pour nous ne s'engage pour rien d'autre que pour l'Humain d'abord. Je veux aussi vous dire que c'est une fierté, un orgueil pour moi d'avoir été votre candidat aux présidentielles. Et comme je suis fier aujourd’hui d'être le candidat des communistes du Pas de Calais. Nous ne sommes pas ici sur les terres de Madame Le Pen. Ici c'est la gauche, c'est le drapeau rouge, la résistance."

Marie-George Buffet a, elle, jugé Mélenchon "très courageux".
"Je souhaite qu'il soit candidat, qu'il soit élu député, qu'il apporte son expérience et ses compétences au sein d'un groupe du Front de Gauche à l'Assemblée nationale, ça nous sera d'un précieux appui", a déclaré Marie-George Buffet. "Je trouve très courageux de sa part, très beau d'aller de nouveau mener ce combat contre les idées d'extrême droite à Hénin-Beaumont en construisant une réponse à gauche qui puisse l'emporter. On dit toujours: "Hénin-Beaumont, c'est Marine Le Pen", mais dans cette circonscription, il y a une large majorité d'électrices et électeurs qui votent à gauche", a assuré la députée PCF de Seine-Saint-Denis.

La démarche a aussi reçu le soutien appuyé de Pierre Laurent. "Ce duo, Mélenchon-Poly, remettrait la gauche au niveau où elle doit se mettre pour empêcher un holp-up électoral de Marine Le Pen", estime le secrétaire national du Parti communiste français. « Le tandem présente une possibilité de victoire dans cette circonscription. La candidature Mélenchon créerait une situation de rassemblement dans la gauche dès le premier tour. Des contacts montrent que beaucoup de gens à gauche, qui souffrent de la situation à gauche, trouveraient dans cette candidature le moyen d'un rassemblement aux frontières nouvelles".

Pierre Laurent a également jugé que le Front de Gauche avait "beaucoup d'ambition dans ce département" du Pas-de-Calais, avec les "conquêtes de Lens et Calais", dont le communiste Jacky Hénin fut maire entre 2000 et 2008.