log__2013.jpg« Le Parisien » daté du 3 janvier consacre un article à l’évolution de la population du Val d’Oise.

En quatre ans, la population val d’oisienne a bondi de plus de 15 000 habitants et atteint à présent 1 187 836 personnes, comme viennent de le dévoiler les derniers chiffres de l’Insee. En un an, le 95 a gagné 2 457 habitants. C’est Argenteuil qui reste la plus grande ville du département. Avec plus de 104 000 habitants, elle garde sa place de troisième ville de l’Ile de France.

Mais l’information qui a surtout retenu mon attention concerne Saint Gratien. Notre ville perd 1 286 habitants depuis 2009, passant de 21 612 à seulement 20 326 aujourd’hui. Elle perd ainsi 5,95% de sa population : c’est la plus forte baisse du département.

La municipalité conteste ces chiffres, qui ne reflèteraient pas « la réalité des faits », en précisant par exemple que des quartiers réaménagés comme celui du « cœur de ville » n’ont pas été pris en compte.

Les gratiennois étaient 20 468 en 2011. En janvier 2011, « Le Parisien » reprenant les chiffres de l’Insee, pointait déjà la baisse démographique de la ville, déjà une exception dans le Val d’Oise dont la population augmentait. Le journal notait que Saint Gratien était « en queue de peloton », perdant 1 144 habitants et 5,29% de sa population en deux ans.

Visiblement, la situation en 2012 n’est pas plus satisfaisante. La faute à l’Insee, toujours ? D’autres explications ne sont-elles pas à rechercher, plus fondamentales, notamment le prix de l’immobilier ? Et pourquoi donc une ville qui a "tant consacré à ses équipements" ne parvient-elle pas à retenir ses habitants ?

Retrouvez l'article du Parisien en annexe de ce billet.