Bienvenue sur le blog d'Isabelle VOLAT ÉCHANGER ET AGIR AVEC LE FRONT DE GAUCHE DE SAINT GRATIEN

Ça m’énerve !

Air connu mais toujours d'actualité en 2011...

  • La durée moyenne de détention d’une action boursière est de 11 secondes.
  • Sur cent transactions financières, deux seulement sont supportées par des opérations économiques.
  • Dans le classement des pays par nombre de millionnaires, la France arrive 3è après les USA et le Japon. Mais pour les retraites, il n’y a pas d’argent.
  • Salaires des enseignants : la France est en queue de classement des pays européens. Pas d’argent… (voir ci-dessus)
  • En France, aujourd’hui, ?près de huit millions de personnes disposent de moins de 949 euros par mois, près de quatre millions, ?de moins de 773 euros. Joyeuses fêtes pour elles ?
  • Luc F. vient d’affirmer : « J’aime mieux Marine Le Pen qu’Olivier Besancenot. » Il a été ministre de l’Éducation nationale mais personne ne le regrette.
  • Nicolas S. a dit : « Je veux, si je suis élu président de la République, que d'ici à deux ans plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d'y mourir de froid. Le droit à l'hébergement, c'est une obligation humaine. » Faire des promesses électorales qu’on sait pertinemment sans lendemain, c’est aussi un droit ?
  • Brice H. ?a des problèmes avec la justice. il est le seul ministre de la Ve République – soit durant les cinquante-deux dernières années – à avoir été condamné à deux reprises. C’est ce qu’on appelle un récidiviste. Bon, il n’est que ministre de l’intérieur ; ce n’est pas comme s’il était voleur de mobylette…
  • Bien que 58% des Français pensent qu’il faut changer complètement la société, 69% n’ont confiance ni dans la droite ni dans la gauche pour gouverner le pays… un grand vide..
  • Manuel V., député PS et candidat aux primaires de son parti, veut « déverrouiller » les 35 heures pour permettre aux Français de « travailler plus et mieux. » Merci, je travaille assez comme ça… et déjà du mieux que je peux !

Rien de commun entre toutes ces informations ? Non, à part le fait de m’énerver… Et vous ? Ça vous énerve aussi ? Défoulez-vous avec un commentaire !

 

En 2011...

Sans_titre.bmp voeux_2011.JPG

 

Cherchez l’erreur !

17 décembre : début des vacances scolaires d’hiver. Certains vont avoir le temps de se distraire tout en s’instruisant. Voici donc un jeu-concours ouvert à tous les lecteurs de notre blog ! Prenez le temps de bien lire. Attention ! Jeu en deux parties indissociables l’une de l’autre ! (*)

Devinez donc qui a écrit le texte suivant…

  • les élus PS gratiennois dans la dernière tribune de la revue municipale
  • le Front de Gauche dans son tract du mois de décembre
  • la fédération du Val d’Oise du PS sur son site
  • les élus communistes de la ville dans leur lettre mensuelle

La Maire UMP de Saint Gratien sur les traces de Delattre de Poniatowski et de Hortefeux
Est-ce l’air du temps qui inspire la Maire UMP de Saint-Gratien ? On peut se le demander au vu des décisions de refus de scolarisation prises par l’élue de la commune de Saint- Gratien à l’encontre de 29 enfants.
Pourtant ces 29 enfants, âgés de plus de 3 ans, qui sont issus de familles de demandeurs d’asile parfaitement en règle administrativement, et qui sont en France depuis plusieurs années, voire pour certains qui sont nés sur le territoire national, devraient disposer des mêmes droits d’accès à la scolarisation que tous les autres élèves de la commune de Saint Gratien..
Madame Eustache-Brinio ne semble pas l’entendre de cette oreille et applique à ces enfants une véritable politique discriminatoire bafouant ainsi les lois de la République qui garantissent le droit universel à l’éducation et à l’instruction de ces 29 enfants.
L’intransigeance scandaleuse de cette élue UMP qui s’obstine à refuser de scolariser ces élèves sur son territoire s’inscrit de façon évidente avec la politique de discrimination menée plus largement dans le pays, notamment dans le cadre des expulsions ciblées de Roms.
De toute évidence ces mesures s’appliquent à ces enfants en raison de leur origine et de lieu de résidence ce qui est clairement discriminatoire.
Alors que le code de l’éducation précise que « Tout enfant doit pouvoir être accueilli, à l’âge de trois ans, dans une école maternelle ou une classe enfantine le plus près possible de son domicile, si sa famille en fait la demande », Madame la Maire s’obstine désormais en refusant l’accès à ces enfants à la cantine, à l’étude du soir et aux centres de loisirs.
Evidemment, tout cela s’inscrit dans une logique gouvernementale de recul des libertés et des droits, de remise en cause de la République
C’est pourquoi nous soutenons la décision prise par la FCPE de déposer une plainte auprès de la Halde contre la Maire de Saint-Gratien.
Ces enfants doivent retrouver une place pleine et entière à l’école de la République !

Suite du jeu…. A votre avis, qui est l’auteur de ce nouveau texte ? Il ne devrait pas vous échapper qu’il est en complète contradiction avec celui que vous venez de lire…

  • les élus PS de la ville dans leur dernière tribune
  • un nouveau groupe au Conseil municipal qui écoute et s’interroge
  • un groupe anti-pétition, procédé stérile, violent et hors de proportion
  • un groupe qui veut faire aboutir des solutions sans préciser lesquelles

De retour de vacances un problème politique se posait à notre belle commune : le refus du maire de scolariser certains enfants. Pour certains : scandale, injustice, discrimination, état de droit bafoué.
Les élus socialistes ont demandé des explications à l’exécutif municipal ; oralement à Mme le Maire, à l’intérieur des commissions, par écrit lors du dernier Conseil municipal. Une réponse nous a été donnée : l’ensemble de ces élèves sont scolarisés.
Aujourd’hui reste en suspend le problème de l’accès à la restauration scolaire : nous souhaitons que ces enfants bénéficient de ce service , nous estimons que c’est un droit et une exigence morale. Cependant face à ces publics démunis, une synergie de tous les territoires doit être développée et l’Etat doit prendre sa part à la résolution de ce problème.
Quant à la structure qui accueille ces enfants, nous écoutons les arguments des uns et des autres Et nous nous interrogeons.
Cependant, ce problème nécessite-t-il une pétition ? Procédé que nous jugeons violent, inefficace et hors de proportion. En démocratie, chacun doit prendre ses responsabilités, l’opposition ne peut se substituer au Maire. Notre rôle est d’agir pour faire aboutir des solutions et non pas se lancer dans une opposition stérile et violente
Ceci est une explication de la séparation en deux entités de l’opposition locale.
- Exclusion de tout débat en sommant l’exécutif de se soumettre
- Mise en avant d’une pseudo volonté générale à la suite de signatures

Alors, c’est joué ?
Vérifiez vous-même les réponses sur les sites suivants :
site 1
site 2

Suite éventuelle des devoirs de vacances : faites-nous part des réflexions que ce jeu vous a inspirées…
A vos commentaires !

(*) Un seul prix à gagner dans ce concours : la collection complète des photos du comité du Front de Gauche de Saint Gratien

Salade russe au PS ?

 

Grand jeu de l'été : Méhoucédon ?

Comme la plupart d'entre vous notre blog ferme en août pour inventaire et prend ses quartiers d'été.
Aussi, afin que le sevrage ne soit pas trop dur et pour vous faire patienter jusqu'à la fin de l'été, nous vous proposons un jeu lucratif : le Méhoucédon ?
Toutes ces prises de vues ont été réalisées sur la commune, lors de l'année politique 2009-2010.
Localisez les endroits.
Inscrivez-les dans l'ordre de classement des vues.
L'internaute qui identifiera le plus de lieux (ou l'occasion à laquelle se réfère la prise de vue) gagnera une entrée à la fête de l'Humanité.
Laissez bien votre adresse imel dans la zone prévue à cet effet lors de l'envoi de votre réponse à ce billet.
nb : Jeu dont l'intégrité est vérifiée par notre huissier de justice sis place Gambetta.
nb(2) : bien que le blog soit officiellement fermé pour congés (payés), il est toujours possible de poster des commentaires, voire des billets si l’inspiration vous vient sur la plage (ou au boulot, certains malheureux n'étant pas à la plage au mois d'août..). Il ne faut jamais résister à une envie d’écrire !

Réouverture du site dès la fin du mois d’août.
Bel été à tous !

Vue n°1
_296_.JPG
Vue n°2
                               Vue n°3
                               Vue n°4
OLYMPUS DIGITAL CAMERA         Vue n°5
                               Vue n°6
OLYMPUS DIGITAL CAMERA         Vue n°7
_307_.JPG Vue n°8
                               Vue n°9
                               Vue n°10
                               Vue n°11
                               Vue n°12
OLYMPUS DIGITAL CAMERA         Vue n°13
Votation pour un service postal public de qualité Vue n°14

 

L'été sera long, l'été sera chaud.

Aussi, afin de ne pas trop ramollir et pour muscler vos neurones à la plage, à la campagne, à la montagne, au boulot (*) ....
cogitez donc sur la question suivante :
En 2012, comment la gauche peut-elle éviter le pire ?
Postez vos idées sur ce site avant le 31 août. La meilleure rédaction sera lue en public sur la grande scène de la fête de l'Huma le 12 septembre.
Bon été !



(*) biffez la formule la plus adaptée à votre situation.
_494_.jpg

 

Vive la retraite !

Juillet s’étire, long et chaud… Saint Gratien ressemble à un petit désert. Le blog est atteint de langueur, les rédacteurs de billets et commentaires ont pris leurs quartiers d’été… Moi-même suis atteinte d’une légère torpeur…
Pour nos lecteurs encore devant leur écran, voici un petit moment de détente et d’humour… sur un sujet qui nous fait pourtant peu rire. Brûlant, comme la météo, et qui restera d ‘actualité et de toutes les discussions de l’été : la retraite !

Mission impossible...
_500_.jpg Individualiste.....
_501_.JPG Cruel...
_503_.JPG Optimiste...
_514_.jpg Cynique...
_505_.JPG Affreux...
_506_.JPG Mon préféré...
_507_.JPG
Bravo, Brigitte !
_508_.JPG
Vieux, mais encore en forme !
_497_.jpg Et c'est pas fini ! Rendez-vous le 7 septembre !

 

"Il faut moraliser le capitalisme...", N.Sarkozy, plateau des Glières, 8 mai 2008

_486_.jpgEt donc en finir vite avec le cumul des fonctions du type "emploi public" le jour / "travail privé en sous main " avec le capital la nuit...



Par : la France qui se lève tôt (elle).

 

La maîtresse a 70 ans !

arton4060-686c4.png70 ans... toujours en classe ? Question posée par le SNUipp, syndicat enseignant qui dénonce les projets du gouvernement en matière de retraites : la peste de l’allongement de la durée de cotisations ou le choléra du recul de l’âge de départ ?
Les professeurs des écoles débutent à l’âge moyen de 27 ans. La « réforme » les conduirait à poursuivre leur activité jusqu’à l’âge de 67, 68, 69... 70 ans avec des élèves âgés de …. 2 à 10 ans !
Pour le SNUipp , « répondre à ce phénomène heureux qu’est l’allongement de la durée de la vie nécessite de pouvoir mobiliser de nouvelles ressources portant sur les revenus financiers qui échappent aux cotisations sociales. » Le syndicat demande au gouvernement « de prendre la mesure des aspirations des personnels à ce que l’âge légal de départ en retraite soit maintenu à 60 ans et à 55 ans pour les instituteurs, comme le gouvernement s’y était engagé en 2003. Maintenir le droit à une retraite pleine et entière nécessite de redéfinir la notion de carrière complète et de prendre en compte les années d’études, les périodes de stages, de formation et de recherche d’emploi . »

Indispensable pour les personnels, ces mesures sont aussi une nécessité pour leurs élèves. Une maîtresse de 70 ans, est-ce vraiment souhaitable pour l’éducation de nos enfants ? Se pencher pour refaire un lacet ? Difficile… Assurer une séance de sport ? Pas tous les jours.. Monter quatre fois par jour au premier étage de l’école au rythme d’un enfant de 7 ans ? Pas simple… Ecrire droit au tableau sans trembler ? Compliqué.. Surveiller la récré ? Assise et avec une canne, encore possible !

 

Responsables et coupables, nous avouons !

Ce n’est pas tous les jours que nous avons les honneurs de la revue municipale. Et bien voilà, c’est fait… Madame le Maire cause de nous dans son éditorial ( ! ) du mois de mars 2010. Vous l’aurez deviné, elle ne nous fait pas que des compliments. En fait, elle nous fait même d’amers reproches. Mérités…, selon Madame le Maire.
Alors, nous avons décidé d’avouer. Oui, nous sommes responsables et coupables. Oui, nous avons commis d’horribles méfaits. A plusieurs reprises. Voici notre acte de contrition. S’il ne suffit pas, nous sommes prêts pour un procès public place Gambetta, sous le cèdre, où Madame le Maire rend la justice. Nous nous préparons, tête basse, à plonger dans le tonneau de goudron et à être couverts de plumes, en place publique.
La « liste candidate » évoquée par Madame le Maire dans son billet, et dont personne n’ose prononcer le nom… c’est nous : le Front de Gauche.
La ville, durant la campagne électorale des régionales, s’est vue couverte d’affiches et d’autocollants sur les palissades, barrières, poteaux ou panneaux… Nous avouons le forfait. Nous avons recouvert Saint Gratien sous notre propagande. Nous sommes très (trop ?) nombreux, fort organisés et nous avons consacré exclusivement tout notre temps à cette tâche : recouvrir la ville. Regrets absolus ( ?).
Nous méprisons totalement la législation qui nous l’interdit. Comme tout le monde sait, le Front de Gauche respecte rarement la loi. Nous méprisons encore plus les finances publiques. Comme tout le monde sait, le Front de Gauche n’aime pas l’argent. Quant au cadre de vie de nos concitoyens, nous nous en moquons complètement. Comme tout le monde sait, le Front de Gauche n’est pas écologiste. On ignore toutes ces valeurs réactionnaires. Nous sommes des vrais sauvages, d’ailleurs on affiche « sauvagement » et on peut même se demander comment des gens qui affichent (non, je veux dire qui professent ) un tel mépris des règles de la vie en société ont pu vivre jusqu’ici sans se faire remarquer – et se faire punir.
Jusqu’ici, nous étions dans l’erreur totale. Mais maintenant, il est temps, pour la brebis égarée (*), de faire repentance.
Jusqu’alors, nous croyions, à tort, que tous les partis avaient les mêmes droits et devoirs. Nous nous trompions.
Les autres ont le droit de coller sur les palissades. Pas nous.
A contrario, certaines choses sont permises alors que nous les imaginions interdites, ou anormales. Les autres ont le droit de coller sur les murs de la gare, sur les panneaux associatifs sans que personne y trouve à redire. Certains autres, mais pas n’importe qui, ont même le droit suprême de coller sur les panneaux administratifs. Nous, peut-être un peu innocents, ne l’avons pas même envisagé. Nous pourrions plaider l’ignorance : les règles ne sont pas du tout comme nous pensions …
Venons-en à présent au péché de dilapidation des finances publiques. Ignorance coupable là encore ? Jamais nous n’aurions pensé que les impôts des Gratiennois devaient servir au nettoyage de surfaces privées. Mais dépenses privées pour intérêts privés et dépenses publiques pour du matériel public, voilà bien encore des idées du Front de Gauche !
Pour le troisième forfait, nous plaidons cependant non-coupables. Mépriser la cadre de vie, là non. Nous pensions au contraire l’embellir. Au lieu d’une vilaine palissade blanc sale, nous voulions de la couleur. Du rouge, évidemment. C’est peut-être là l’erreur. Mais nous nous sommes appliqués pour ne pas coller n’importe comment, bien droit, harmonieusement, en alternant méthodiquement les thèmes… Peut-être pourrions nous bénéficier de circonstances atténuantes ? En plus, nous y avons passé du temps… mis beaucoup de soins…. Ce n’est pas joli de dénoncer, mais que fait la police ? Ce n’est pas une diversion, mais à quoi servent les caméras de surveillance ? A part nous coûter cher ? Mais ne dévions pas du sujet…
Non, notre seule défense, c’est de dire qu’on croyait bien faire. On a cru qu’en période électorale, les murs pouvaient un peu parler. Que les gens avaient besoin d’une (autre) information. Nous, qui n’avons ni police municipale pour porter nos courriers, ni revue municipale pour diffuser notre lettre, ni services techniques pour décoller les affiches gênantes (celles des autres…), nous pensions que nous pouvions utiliser l’affichage, à vrai dire traditionnel en cette période d’élection, et il est estimé que nous avons été trop exubérants en la matière. Erreur, grave erreur. La ville doit rester PROPRE et NETTE. Surtout en période électorale. L’important, c’est la propreté, l’affiche collée sur le bon panneau, la ville aseptisée, le poteau immaculé, la palissade nickel, la barrière sans tache.
Un dernier mea culpa pour que notre pénitence soit totale ? Il paraît que nous avons mécontenté Madame le Maire. Après une campagne non seulement d’affichage mais surtout de rencontres, échanges et discussions avec les Gratiennois (le logement, les transports, l’emploi et la formation, ça les intéresse parfois autant, voire plus que les affiches), la « liste candidate » a réalisé le score honorable de 6,2%. Au deuxième tour, la « liste candidate » a contribué au résultat de la gauche rassemblée avec les socialistes et les écologistes : 52, 61%. La liste UMP de Madame le Maire est loin derrière, pour la première fois depuis 20 ans : 47,39%. Très énervant. Et très tentant de trouver un bouc émissaire. Cela diffère un questionnement sur les motivations d’un échec.
Evidemment, si certains désirent consulter les différents échanges que la « liste candidate » a eu avec Madame le Maire, ainsi que des documents photographiques (couleur)… ils peuvent s’adresser à la Mairie et surtout à la rédaction de ce blog.

Faute avouée, faute à recommencer ?
(*) brebis égarée peut être biffé par nos internautes et remplacé par mouton noir. Au choix.
Isabelle Volat, pour la "liste candidate"
Retrouvez en annexe l'éditorial de la revue municipale. DSC00177.JPG

 

Vous êtes filmés : gare au créneau, à l’amende, et à l'affiche (coutume locale)

Texte invité

Plusieurs villes s’appuient sur ?la vidéosurveillance pour verbaliser les automobilistes.
A quoi sert la vidéosurveillance? ? À protéger bien sûr? ! À repérer l’arracheur de sac à main ou le dealer du coin de la rue. Les récents événements qui ont conduit à faire passer cinq pompiers catalans pour cinq membres d’ETA sur la foi d’images de caméras de surveillance devraient déjà suffire à en montrer les limites. Mais au-delà de leur fiabilité, c’est la présence même de ces caméras qui chagrine certaines associations, ou de simples citoyens, soucieux de la préservation des libertés publiques, et inquiets de cette surenchère technologique aux visées mal définies. Pour atteindre l’objectif fixé au ministère de l’Intérieur de 60?000 caméras dans les villes de France d’ici à 2011, le budget qui y est consacré a été doublé pour 2010, passant à 30??millions d’euros. Alors, pour tenter de faire avaler la pilule aux plus réticents, l’expression consacrée Place Bauveau est désormais celle de vidéoprotection.
Plusieurs villes, sans doute en avance sur leur époque, ont choisi d’« optimiser » ce nouvel outil – donnant ainsi en partie raison aux associations, qui redoutent un recours à la vidéosurveillance dans des contextes, de plus en plus éloignés de l’objectif initial. Ainsi Draguignan, qui a franchi le cap il y a plusieurs années déjà, en inaugurant les premières contraventions par caméras interposées pour les véhicules en double file. Et Var Matin de relayer ce record établi par la mairie en 2008? : « Pas moins de 792 procès-verbaux en quatre mois (l’équivalent du travail de cinq policiers en faction, 24 heures sur 24? !) ». En lieu et place, un officier de police, seul derrière son écran, « zoomant » pour mieux noter la plaque d’immatriculation du fautif, immédiatement relayée à la préfecture. Un exemple suivi à Valenciennes et dans plusieurs autres villes du Sud-Est. Ainsi à Cagnes-sur-Mer, le sénateur maire (UMP) Louis Nègrese se réjouit : « Avant, la police passait et ça ne servait à rien. Dès qu’elle avait le dos tourné, les stationnements en double file recommençaient », commentait-il dans le Figaro, qui relève qu’il a quand même fallu 2 000 vidéocontraventions pour que la mesure se montre efficace. D’autres villes sont en train de se convertir… comme Nice, jamais à la traîne en matière sécuritaire.
Pour la Ligue des droits de l’homme, qui tente de mobiliser des citoyens contaminés par le « je ne crains rien, je n’ai rien à me reprocher », l’événement est significatif des dérives du recours systématique à la vidéosurveillance. « Avant que les fumeurs et les propriétaires de chiens ne “ respectant pas le caniveau ” ne soient à leur tour l’objet de pareille sollicitude sécuritaire, la LDH tient à alerter les citoyens sur le rythme effréné de la contamination de certains élus locaux par le virus de la surveillance généralisée », commentait ainsi l’association dans un communiqué paru hier.

Anne Roy dans l’Humanité du 24 mars

A Saint Gratien, la vidéosurveillance est en place depuis 2006. Les principales rues sont sous l’œil des caméras. Le coût d’installation (8 millions) a été pris en charge par la communauté d’agglomération, comme celui du fonctionnement (550 000 € annuels) pour les 8 communes qui composent la Cavam. Saint Gratien a récemment procédé à l’installation de 3 nouvelles caméras qu’elle a financées pour un montant de 138 000 €. Aucun chiffre concernant la délinquance dans les endroits « vidéosurveillés » n’ont été communiqués.
Connaîtrons-nous aussi bientôt les « vidéoamendes » ou les « vidéocontraventions » ? Les « vidéorappelsàl’ordre » ? A l’heure où la municipalité souhaite une ville tellement propre qu’elle en devient aseptisée, avis aux colleurs d’affiches, diffuseurs de tracts sur la voie publique… restez bien dans les clous !

 

Camarade, es-tu allé passer un coup de balai dans la cuisine ?

DSC00389.jpg« La journée des droits des femmes » a fêté ses 100 ans hier. Et ce 9 mars, camarade, qu' as-tu fait aujourd'hui pour aider ta compagne ?
Es -tu allé passer un coup de balai dans la cuisine ?
Et selon vous, qu'est ce qui pourrait améliorer la parité homme / femme au quotidien ?
A vos réflexions et stylo, ci dessous, sur ce blog...

 

Déclarations diverses …

Lors de la présentation des ses vœux aux forces économiques, notre omniprésident l’avoue : « Je crois au travail et je crois à la famille. » Travail, famille… à l’origine, une formule comportant trois mots, non ? Le troisième m’échappe.. identité nationale ? Non, mais quelque chose d’approchant… ça va me revenir…

Le même a terminé son allocution en disant : « 2010 sera une année de renouveau. Les efforts que nous faisons depuis deux ans et demi vont porter leurs fruits. » Et paf, le lendemain, sondages : Sarkozy perd deux points pour tomber au plus bas, à 32% seulement de satisfaction et son action est jugée défavorablement par 63% des français… Ils n’ont pas bien suivi, ou quoi ?

Valérie Pécresse, tête de liste UMP aux élections régionales en Ile de France, déclare : «  Si je suis élue présidente de la région, on me verra dans les gares pour vérifier si les trains sont à l’heure, si c’est propre. » Ça laisse pantois… c’est donc ça, le boulot du président de région, aller dans les gares, éventuellement houspiller les cheminots et faire bosser les balayeurs.. je voyais ça autrement… Une fois les pendules remises à l’heure, Madame Pécresse ira-t-elle ensuite dans les lycées (ils dépendent de la région) pour vérifier que les profs n’ont pas manqué le train ?

Beaucoup moins drôle… deux journalistes français sont enlevés en Afghanistan dans le cadre de leur travail de journalistes… qui est d’informer, dans tous les pays du monde et même dans les situations de guerre. Faut-il rappeler que la France a là-bas 3 750 soldats ? Nous avons donc d’autant plus le droit de savoir ce qu’ils y font. Les journalistes ont pris des risques : ceux que leur impose leur métier. Mais pour Sarko, « c'est insupportable de voir qu'on fait courir des risques à des militaires pour aller les chercher dans une zone dangereuse où ils avaient l'interdiction de se rendre. » Alors, il y a des zones « interdites » à la presse en Afghanistan ? La liberté de la presse s’arrête là où commence le danger ? Ou inversement, le danger commence-t-il là où la liberté... ?

Grand débat (Pourquoi grand ? Pas haut, en tout cas…) : Besson affirme avec satisfaction que 30% « seulement » des contributions portent sur l’immigration et l’islam. Mais 15% des contributions vraiment «trop» xénophobes ont déjà été mises à la poubelle par les modérateurs. Au final, ça fait beaucoup de dérapages et Besson lui-même pourrait bien finir en victime collatérale.

Marie-George Buffet voit Sarko comme un boxeur qui serait aussi dentiste : «  Au pouvoir, il vous démolit le portrait… en campagne électorale, il propose de vous refaire les dents ! »

Le Parti de Gauche propose, lui, en montant sur le ring à l’occasion des élections régionales, de mettre  une bonne gauche  à la droite ! On ne quitte pas le monde de la boxe…

Isabelle Volat

 

Les grévistes, les usagers et les médias….

(…ou : cela m’énerve toujours !)

Ça ne rate jamais… à chaque grève, que d’ailleurs on ne devrait plus remarquer, selon le vœu de notre cher président, tous les médias jouent une unique partition. Avec le même vocabulaire, ils dissertent sur « la galère » des uns et « la grogne » des autres. La galère, c’est dramatique. Moi qui ai des ancêtres protestants jadis déportés comme rameurs forcés, j’imagine facilement que la vie à bord devait être un tantinet plus pénible que le fait d’attendre vainement son train au bord du quai de banlieue. Mais bon, il faut frapper l’imagination des auditeurs et téléspectateurs. Quant aux autres grognons de grévistes, on se demande d’où leur vient ce sale tempérament, puisque le grognon grogne sans vraie raison, c’est son caractère, voilà tout.

Variante possible du discours, dans un registre beaucoup plus violent, voire guerrier : les usagers sont « pris en otages », ce qui est vraiment affreux pour la personne kidnappée et menacée par un gangster de la pire espèce. A-t-on connu des blessés, des morts lors de la dernière grève ? Faut-il traîner les grévistes devant la justice ? Rien à voir bien évidemment entre un trafic ferroviaire réduit et un enlèvement crapuleux, mais l’idée s’insinue doucement dans les têtes. Gréviste = dangereux truand, voilà ce qu’il faut retenir et le gouvernement est votre sauveur, car éventuellement, il versera la rançon pour vous libérer des méchants.

Ensuite, les journalistes se ruent sur l’usager : à croire que le gréviste est muet ou qu’il grogne de façon inintelligible ou encore qu’il est trop dangereux pour qu’on ose l’approcher.

Evidemment, l’usager est rarement content d’être privé du service que les grognons lui rendent habituellement. Aussi, il récrimine mais sans grogner et raconte volontiers ses malheurs. L’auditeur compatit d’avance.

Nous venons de connaître une longue grève dans le RER A. Les voyageurs de cette ligne auront certainement connu des jours difficiles et il est simple d’en trouver un qui est arrivé en retard au grand dam de son patron, un autre qui a dû prendre sa voiture, ou un troisième qui a travaillé chez lui…. Mais le dernier interviewé a en général une réflexion politique plus poussée : il ne se plaint pas de sa situation personnelle, mais de l’injustice de cette grève car que peuvent-ils bien réclamer, ces conducteurs de rames qui ont des salaires mirobolants pour des horaires ridicules et des conditions de travail hors pair ? Et le grand mot est enfin lâché : ce sont des privilégiés ! Remarquons d’ailleurs qu’il faut vraiment l’être pour faire grève dix-huit jours durant et perdre ainsi plus de la moitié de son salaire du mois, car figurez-vous que contrairement à ce que croient certains, les grévistes ne sont pas payés pour faire grève…. Ils étaient donc drôlement motivés et d’ailleurs grévistes en quasi totalité.

Enfin, si malgré tout, certains restent encore solidaires du mouvement ( 46% des français et 37% des franciliens éprouvent de la sympathie pour les grognons, ils ne doivent pas écouter la télé), reste à répandre quelques fausses nouvelles, du genre de celle-ci : les conducteurs ont gagné une prime mensuelle de 80 euros… en omettant de préciser qu’elle ne sera versée que si les objectifs de régularité du trafic étaient respectés, ce qui n’est jamais le cas justement sur cette ligne complètement saturée.

Et puis surtout il y a tout ce qu’on entendra jamais dans les médias… Quelles sont les véritables conditions de travail sur cette ligne A dont le trafic dépasse le million de voyageurs, 180 jours par an ? Que demandaient les grévistes, non seulement en matière de salaires, mais aussi en amélioration du service public ? Qu’ont-ils obtenu, ou pas et que se passera-t-il au mois de janvier ? Quelle est la politique de la RATP en ce domaine ? Comment investit-elle son argent, le nôtre, dans le développement et la modernisation de son réseau ? Et quid de ce service minimum qui devait rendre les grèves invisibles ?

        

 

Lisez la presse !

Je dénigrais il y a peu de temps la lecture des quotidiens « gratuits » et pourtant…on y trouve parfois des articles intéressants… Lu dans « Métro » du 26 novembre…

« Le droit d’asile est à la peine » : des associations (la Cimade, Amnesty International, Secours Catholique… entre autres) accusent les Préfectures de la région Ile de France de pratiques illégales pour faire obstacle aux demandes d’asile. Ayant fréquenté à plusieurs reprises la sous-préfecture de Sarcelles avec un immigré sans-papiers, j’ai en effet connu ce fonctionnement qui oblige « certains à y passer la nuit, d’autres à arriver dès l’aube et revenir six fois »… les attentes interminables pour finalement se voir refouler à la grille .. (billet du blog du 15 octobre)

Ces pratiques découragent les demandes et placent les demandeurs dans l’illégalité : accueil restreint, non respect des délais de réponse, demande de justificatif de domicile : Gabriel a même dû se déplacer avec la personne qui l’héberge et attend depuis bientôt 4 mois la simple étude de son dossier !

Lu ensuite dans le « Journal Du Dimanche » du 29 novembre, une interview fort intéressante du directeur de l’institut national d’études démographiques (l’Ined) sur la condition des travailleurs sans papiers. Plus de 5 500 d’entre eux mènent depuis plus d’un mois une grève pour obtenir leur régularisation.

Idées fausses mais hélas ! répandues …

Le problème des sans papiers est crucial en France.

  • Faux, les chiffres sont extrêmement faibles par rapport à la population française, évalués entre 200 et 300 000 personnes. Une solution peut donc être trouvée, comme d’ailleurs lors de régularisations effectuées dans le passé. La question pourrait se régler en régularisant selon « des critères raisonnables ».

Il y a trop de chômage pour que la France accueille des travailleurs étrangers.

  • Faux, car la plupart des sans papiers occupent des « emplois très spécifiques et peu attrayants » que les Français refusent !

Les travailleurs sans papiers travaillent « au noir ».

  • Faux : ils ont pour la plupart des feuilles de paye régulières, paient des cotisations sociales et des impôts et participent ainsi à l’enrichissement de notre pays.

Il y a des règles pour la régularisation.

  • Faux : on régularise aujourd’hui à la tête du client. « Ce que je reproche aux régularisations actuelles, c’est leur côté arbitraire ».

Une régularisation « massive » est impossible.

  • Des pays comme l’Espagne, l’Italie et la Grèce l’ont pourtant fait.

La régularisation massive amènera d’autres clandestins.

  • Faux encore : « aucune grande régularisation n’a été suivie d’une vague d’immigration » car il y a là une logique économique : l’immigration diminue en période de crise et monte en période de conjoncture favorable.


Tout cela n’empêche pas notre superprésident de clamer sa totale opposition à la régularisation globale des sans papiers.. et d’en faire, de plus, un cheval de bataille destiné à faire monter la xénophobie à l’approche des élections régionales.. Mais aujourd’hui, 78% des citoyens considèrent que les sans papiers jouent un rôle non négligeable dans l’économie française..

002.jpg

 

Ça m’énerve encore !

  • ....de lire 4 pages d’informations municipales stupides sur la grippe, qui a dû transformer chaque personne en individu potentiellement malade mais éventuellement aussi ahuri. Faut-il vraiment donner des informations aussi capitales que celle-ci : « mouillez-vous les mains avec de l’eau, versez du savon … » ? Je vous passe la suite, il y a 8 étapes, toutes importantes… et dire qu’à la commission communale du développement durable, on lutte contre le gaspillage de papier..
  • … de voir Gabriel, immigré sans-papiers dont je vous ai déjà parlé, attendre depuis 4 mois ses fameux papiers, que la Préfecture lui avait promis sous 2 mois. Il est tombé dans l’illégalité en travaillant sans autorisation et angoisse comme un grand délinquant à chaque fois qu’il voit la police dans le métro…
  • …d’entendre un député de la République proférer de pareilles âneries : un certain Raoult, déjà connu pour ses positions extrémistes (de droite !) s’autorise à réclamer un devoir de réserve pour les écrivains, sous prétexte de respecter la cohésion nationale ! Le devoir de réserve étant en fait l’interdiction de critiquer Sarkozy, étendons le devoir de réserve à tous les citoyens à l’approche des régionales ! Et moi qui croyais qu’un écrivain ne comptait justement que par sa liberté d’écriture… Liberté que notre ministre de la culture ne semble d’ailleurs pas pressé de défendre. Et ce Raoult, est-il seulement un âne ou un provocateur chargé de tester le terrain ?
  • … d’apprendre que les indemnités d’accident du travail seront dorénavant imposées, ce qui rapportera la fabuleuse somme de 150 millions à l’État. Taxer les handicapés à vie, les victimes de mauvaises conditions de travail, les familles des morts peut-être.. il fallait oser. Sarkozy ose beaucoup, en ce moment.
  • … de voir célébrer la chute DU mur, événement heureux d’autant plus qu’il s’est déroulé sans mort ni violence, en oubliant TOUS les murs d’aujourd’hui qui restent à tomber, y compris celui que l’Europe a financé pour se protéger des immigrés d’Afrique. « Ich bin ein Berliner » dit Sarkozy avec son mauvais accent. Qui dira :« Ich bin ein Afrikaner» ?

 

…ça m’éNERve !

  • les jours de grève des transports, d’entendre sur toutes les radios des usagers en colère et jamais un cheminot qui expliquerait son mouvement…
  • d’être la seule dans le train à lire « l’Humanité » alors que tous les autres parcourent les journaux gratuits…. gratuits, vraiment ?
  • d’entendre qu’il y a trop de fonctionnaires quand je fais la queue à la poste…
  • de bientôt me faire taxer pour mauvais bilan carbone quand je vais en voiture à la sous-préfecture de Sarcelles ou à l’université de Cergy, villes situées dans le Val d’Oise mais si mal desservies par les transports en commun..
  • de ne pas pouvoir discuter avec « mon » député du texte sur la privatisation de la poste dont il va bientôt débattre à l’Assemblée… car il me refuse un rendez-vous, le premier que je lui demande depuis son élection en 2001…
  • de voir disparaître la moitié des élus communaux et départementaux, alors qu’ils sont les plus proches des citoyens, si la réforme des collectivités territoriales arrive à son terme..
  • d’entendre dire que les prix baissent et que les consommateurs sont trop idiots pour s’en rendre compte.
  • d’acheter des produits sur-emballés, puis d’être accusée de fabriquer trop de déchets et menacée d’une augmentation substantielle de la taxe sur les ordures ménagères…
  • de payer la redevance télé et de ne jamais y voir Marie-George Buffet…
  • de subir la pub vantant la politique « écologique » de la SNCF qui mettrait les camions sur les trains, alors qu’elle fait l’inverse en supprimant les wagons isolés…
  • de voir la gauche inerte alors que Sarkozy attaque tous azimuts…

…ça m’éNERve ! chanson à la mode mais aussi très bon clip des salariés de l’usine « Akzo Nobel » fabricant de produits chimiques et peintures, menacés de délocalisation ou …de licenciement. Vous pouvez lire aussi leur blog image31.jpg

 

Mélange de voeux

Bonne année.....!

  • aux Palestiniens de Gaza écrasés sous les bombes israéliennes,
  • aux Afghans, dont le pays s’enfonce dans la guerre et l’obscurantisme,
  • aux Irakiens dans leur pays ravagé,
  • aux Guinéens qui changent de président sans jamais avoir voté,
  • aux sans- abri qui passeront la nuit du nouvel an dans le froid,
  • aux chômeurs qui rêvent à un travail pour 2009,
  • aux 64 000 nouveaux chômeurs du mois de novembre,
  • à la famille du malade mort dans l’ambulance, faute d’un lit d’hôpital,
  • aux « migrants » de Calais, dehors depuis la fermeture du centre de Sangatte,
  • aux travailleurs du dimanche, qui penseront à leur famille de loin,
  • à ceux qui aimeraient travailler tous les jours de la semaine,
  • aux familles modestes, qui renonceront aux soins faute d’argent,
  • aux lycéens, qui se demandent de quoi leur avenir sera fait,
  • à tous les précaires, qui ne réveillonnent qu’en rêve.


Et bonne année aussi,

  • aux enseignants, qui refusent d’appliquer sans réagir des réformes rétrogrades,
  • aux personnels de la santé, qui dénoncent leurs conditions de travail,
  • aux militants de « RESF », qui luttent pour éviter les expulsions de sans-papiers,
  • aux Américains qui ont voté dans l’espoir d’un changement,
  • aux Sud-Américains qui bâtissent un monde différent,
  • à Mandela, qui a su laisser le pouvoir à d’autres,
  • aux travailleurs, en France et dans le monde, qui ont lutté et gagné.

Bonne année à tous ceux qui ne renoncent pas , car « ceux qui se battent peuvent perdre, mais ceux qui ne se battent pas ont déjà perdu »…

page 2 de 2 -